"Inappropriée", "nauséabonde", "conscience politique zéro" : la campagne choc des Jeunes socialistes fait réagir

Publié à 09h53, le 07 octobre 2014 , Modifié à 11h27, le 08 octobre 2014

"Inappropriée", "nauséabonde", "conscience politique zéro" : la campagne choc des Jeunes socialistes fait réagir

En réponse à la Manif pour tous, les Jeunes socialistes du MJS se sont fendus d’une campagne choc pour promouvoir, selon leur hashtag, l’égalité et dire "non à la manif des réacs". Une campagne qui a fait réagir, tant à droite qu’à gauche.

Contacté par le Lab, le député PS Nicolas Bays a jugé cette campagne "inappropriée", précisant qu'il est d'accord "sur le fond du message" mais qu'il trouve la photo représentant un viol "dérangeante" :

Sur la scénographie du viol, je trouve la photo trop esthétique. C'est un sujet trop grave pour être traité comme ça. Le message est là, il est stylé, il est un peu fort. C'est la marque de fabrique du MJS. Mais je trouve la photo inadaptée, dérangeante.

Sur le fond du message, je n'ai aucun problème. Dire que ce sont des manifestations réactionnaires, c'est vrai : ce n'est ni une injure ni aller trop loin. Dire que l'enseignement de l'égalité homme-femme à l'école puisse permettre que l'homme ne se sente pas le plus fort dans le couple, qu'il ne se croie pas autorisé à être violent, ça me paraît bien. La photo sur la voie ferrée ne me gêne pas du tout. En revanche, cette iconographie du viol, je trouve ça trop violent.

A droite, le député UMP Eric Ciotti a quant à lui qualifié cette initiative du MJS de "nauséabonde" :

La conseillère politique de l’UMP Aurore Bergé a préféré moquer cette campagne qu’elle estime être proche "de la conscience politique zéro" :

A l’extrême droite, c’est le patron du Front national de la jeunesse, Julien Rochedy, qui s’est interrogé ironiquement :

Si l'un des objectifs de cette campagne était de faire parler, il est atteint.

[Edit 8 octobre]

Invitée de C à vous sur France 5 le 7 octobre au soir, la présidente du MJS, Laura Slimani, a répondu à ces critiques :

On a voulu dire avec cette campagne qu'on assumait d'être de gauche et d'avoir un gouvernement qui agissait pour l'égalité. Et les jeunes socialistes ne sont pas connus pour être des groupies du gouvernement de François Hollande ou de Manuel Valls !



Le sexisme et l’homophobie en France c'est 75.000 femmes victimes de viol par an, des jeunes homos qui ont dix fois plus de risques de se suicider que des jeunes hétéros, et l'école a un rôle à jouer et le plan pour l'égalité entre les femmes et les hommes à l'école vise à ça. La Manif pour tous se bat contre ça. (...) On souhaitait renverser la balance et ne pas courber l'échine devant des militants profondément réactionnaires.

Du rab sur le Lab

PlusPlus