Jacques Bompard dénonce l'échec des négociations avec le FN pour les sénatoriales : "On ne veut pas être des harkis"

Publié à 10h46, le 05 juillet 2014 , Modifié à 11h40, le 05 juillet 2014

Jacques Bompard dénonce l'échec des négociations avec le FN pour les sénatoriales : "On ne veut pas être des harkis"
Jacques Bompard © MaxPPP

PAS D'ACCORD - Le Front national et la Ligue du Sud du député-maire d’Orange Jacques Bompard ne partiront pas en vacances ensemble. Les deux mouvements ne se sont pas entendus pour la formation d’une liste commune en vue des élections sénatoriales de septembre dans le Vaucluse.  

Jacques Bompard fulmine après cet échec. Le député-maire d’extrême droite s’est emporté auprès de l'AFP vendredi 4 juillet :

Il n'y a plus de négociations. On ne veut pas être des harkis, on veut être des partenaires.

Pourquoi le FN et la Ligue du Sud ne sont-ils pas parvenus à s’entendre ? À cause d’une demande de Jacques Bompard qui n’a pas vraiment plu au Front national. Le député-maire d’Orange souhaitait imposer la candidature de sa femme et maire de Bollène Marie-Christine Bompard en tête de liste.

Au cours d’une "discussion il y a mois à l’Assemblée" qui a duré "deux minutes" entre lui et la députée FN du Vaucluse Marion Maréchal-Le Pen, il avait été convenu, d’après Jacques Bompard, "le partage d'un mandat éventuel à moitié pour la Ligue du Sud, à moitié pour le Front, et le fait qu'aux cantonales la circonscription dans laquelle je suis député restait sous la responsabilité de la Ligue du Sud".

Et puis non en fait. Jacques Bompard a ajouté :

La commission d'investiture FN a méprisé cet accord. J'ai dit qu'alors, il n'y avait pas de discussion possible. Il n'y a plus de discussion et il n'y en aura pas d'autres.

De son côté, le FN, par la voix de Philippe Lottiaux, candidat aux municipales à Avignon et pressenti pour porter les couleurs du FN aux sénatoriales, dit regretter cet échec des négociations. Il fustige la demande du camp Bompard, "une exigence pas réaliste". Ce "jeu perdant-perdant" d'après le frontiste rend l’élection d’un sénateur FN dans le Vaucluse "beaucoup plus compliquée". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus