Jean-Marie Le Pen veut guillotiner le djihadiste français Maxime Hauchard

Publié à 12h58, le 24 novembre 2014 , Modifié à 13h22, le 24 novembre 2014

Jean-Marie Le Pen veut guillotiner le djihadiste français Maxime Hauchard
Jean-Marie Le Pen © DR

Marine Le Pen avait estimé que le djihadisme ne pousse pas "dans les prairies normandes" mais l'exemple de Maxime Hauchard, jeune Français de 22 ans originaire de l'Eure, contredit un peu cette idée. Le terroriste est apparu mi-novembre, visage découvert, sur une vidéo de Daech, où l'Américain Peter Kassig et plusieurs soldats syriens étaient assassinés face caméra.

Depuis, plusieurs responsables politiques ont réagi à cette nouvelle donne. Le député UMP des Alpes Maritimes Éric Ciotti a ainsi proposé la création de centres de rétention pluridisciplinaires pour "déradicaliser" les djihadistes français. Sa collègue Valérie Pécresse a émis l'idée de centres "de désendoctrinement". Quant à Nicolas Dupont-Aignan, il a souhaité qu'on "rétablisse à Cayenne un centre de détention qui permette d'isoler ces fous furieux".

Jean-Marie Le Pen va plus loin. Dans son Journal de Bord n°381 et mis en ligne le 21 novembre, le président d'honneur du FN a une solution toute trouvée pour "Maxime Houchard ou Honchard" et ses ersatz. Voici ce qu'il dit :

J'ai un centre éducatif tout trouvé pour lui, c'est la guillotine, n'est-ce pas ? C'est très clair. C'est une manière plus propre de couper la tête que celle qu'il emploie lui-même.

A voir en vidéo ci-dessous : 



Et Jean-Marie Le Pen de rappeler son histoire personnelle en estimant que "l'égorgement est le mode habituel d'exécution et de meurtre et de crime dans le monde musulman, on a bien vécu ça en guerre d'Algérie".

Le 19 novembre, l'ancien président du Front national de la jeunesse Julien Rochedy disait à peu près la même chose, prônant la peine de mort pour les assassins de Daech :

Du rab sur le Lab

PlusPlus