Pécresse veut porter la lutte contre Daesh devant les institutions internationales, ONU et Cour pénale internationale

Publié à 10h11, le 17 février 2015 , Modifié à 10h15, le 17 février 2015

Pécresse veut porter la lutte contre Daesh devant les institutions internationales, ONU et Cour pénale internationale
Valérie Pécresse. © JEAN-FRANCOIS MONIER / AFP

"Comment peut-on faire vivre la démocratie ailleurs qu’en Europe ?" La question doit être posée, dit Valérie Pécresse ce mardi 17 février sur France Info. Surtout, la députée UMP des Yvelines veut porter la lutte contre Daesh et contre le terrorisme devant les institutions internationales. Et tout d’abord porter devant l’ONU "l’action contre le terrorisme islamiste libyen". Elle explique :

Je crois qu’il faut saisir immédiatement l’ONU pour pouvoir engager sous mandat de l’ONU une action contre le terrorisme islamiste libyen.

Celle qui rappelle avoir "pris depuis quelques mois" la "tête d’un groupe parlementaire qui défend les chrétiens d’Orient" dénonce ces "génocides organisés" contre "toute une série de minorités persécutées". Et de citer les chrétiens mais aussi les musulmans chiites ou les yazidis, une minorité religieuse irakienne.

Elle appelle ainsi la communauté internationale à réagir :

Aujourd’hui la communauté internationale ne peut pas rester sans réagir et c’est pas parce que ce sont des chrétiens que l’on doit rester silencieux, bien au contraire.

Aussi, Valérie Pécresse demande à ce que cette communauté internationale saisisse la Cour pénale internationale contre Daesh :

Nous devons aussi envisager la saisine de la Cour Pénale Internationale contre Daesh et sur les exactions de Daesh parce qu’il s’agit d’un crime contre l’humanité qui est commis. Ce crime contre l’humanité, il est commis contre toutes les minorités. On n’a plus le droit de croire à autre chose qu’à une certaine forme d’islam dévoyé et sunnite. Ce n’est pas tolérable, on doit défendre la liberté d’expression partout dans le monde. Et la liberté de croyance partout.

Du rab sur le Lab

PlusPlus