Henri Guaino imprime et montre la loi Macron : "C’est un monstre, c’est un déni de démocratie parlementaire"

Publié à 08h23, le 17 février 2015 , Modifié à 09h12, le 17 février 2015

Henri Guaino imprime et montre la loi Macron : "C’est un monstre, c’est un déni de démocratie parlementaire"

INSTANT TÉLÉ - La consigne de Nicolas Sarkozy était claire : l’UMP ne doit pas voter la loi Macron. A quelques exceptions près (Hervé Mariton, Frédéric Lefebvre, Thierry Mariani), le président de l’UMP devrait être suivi par la grande majorité de ses troupes ce mardi 17 février, jour du vote de ce projet de loi à l’Assemblée nationale.

Et Henri Guaino a bien compris la consigne. Le député UMP des Yvelines a choisi de débarquer, ce 17 février, sur France 2 aux 4 Vérités avec la loi imprimée pour démontrer, images à l’appui, le côté fourre-tout de ce texte que l’UMP dénonce. "Je vous l'ai amené pour que vous regardiez physiquement à quoi ça ressemble", lance ce proche de Nicolas Sarkozy. Il ajoute :

Voilà une loi.

Un passage isolé par le Lab :


Henri Guaino poursuit sa diatribe contre ce projet de loi sensé relancé la croissance. Un texte qu’il ne votera donc pas :

C’est un monstre, c’est un déni de démocratie parlementaire. Plus de 200 articles, une multitude de sujets qui n’ont rien à voir les uns avec les autres et après on vous demande de voter oui ou non. Je voterai non même s’il y a des articles qui méritent un peu plus d’indulgence.

Sur le fond, l’élu UMP trouve "détestable" la "philosophie" de cette loi portée par Emmanuel Macron, le jeune ministre de l’Economie. A l’écouter, cette loi est le pire des maux que le gouvernement pouvait proposer. "Une entreprise de démolition", dit-il :

Une philosophie que je trouve détestable qui s’inscrit dans une politique constante, une entreprise de démolition totale de tout l’ordre social, républicain et de tout l’ordre économique.

Il ressort également un argument souvent porté par la gauche de la gauche contre le ministre de l’Economie : son passé de banquier d’affaire. Il dit :

Avec cette loi on veut marchandiser la société. C’est une loi de banquier d’affaire.

"Ou alors, mieux, c’est la politique des dîners en ville", conclut-il.

Du rab sur le Lab

PlusPlus