La députée UMP Arlette Grosskost estime que "Sarkozy, c'est du passé"

Publié à 16h15, le 11 juin 2014 , Modifié à 16h49, le 11 juin 2014

La députée UMP Arlette  Grosskost estime que "Sarkozy, c'est du passé"
Capture Dailymotion

C'est la filloniste qui dit tout haut ce que ses collègues pensent tout bas. Arlette Grosskost, députée UMP du Haut-Rhin, ne veut plus entendre parler de Nicolas Sarkozy. Et elle le dit sans ambages. Dans une interview accordée à Mediapart, l'élue de droite attaque l'ancien président, qu'elle aimerait  voir rester aux oubliettes.

Voir la vidéo :



Tout commence par un compliment. Mais Arlette Grosskost enchaîne très vite sur un rappel assez sec :

"

Sarkozy avait une capacité à gouverner extraordinaire, je le reconnais, il avait beaucoup de qualités. Pour autant, les Français l'ont décrié lors du dernier vote. Ne regardons pas dans le rétroviseur et allons de l'avant. 

"

Les conférences privées ? Qu'il s'y tienne, selon Arlette Grosskost :

"

Je crois que ça lui réussit, je lui souhaite qu'il puisse continuer dans cette voie. 

"

Et que chacun le sache, elle n'est pas la seule à penser cela : 

"

C'est moi qui parle, mais je ne suis pas la seule. Parmi mes collègues, mais également parmi mes concitoyens et parmi nos sympathisants.



Sarkozy, c'est du passé, pour l'instant. C'est du passé. Je ne pense pas qu'il faille le revoir sur le devant de la scène, parce que beaucoup d'affaires lui sont attachées, nous n'en voyons pas l'issue, et si nous voulons faire une véritable rupture, faisons-la.

"

Si Nicolas Sarkozy prend le parti lors du prochain congrès et empêche la tenue de primaire, Arlette Grosskost menace de tout plaquer :

"

Je démissionne et en tout état de cause je ne me représenterai pas. Ça n'incarne pas ce que je pense de la politique. Donc il est clair que je ne ferai plus partie de ce jeu, parce que ce sera un jeu. 

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus