La justice annule l'élection du maire FN du Pontet

Publié à 10h47, le 16 octobre 2014 , Modifié à 14h59, le 16 octobre 2014

La justice annule l'élection du maire FN du Pontet
Le maire FN du Pontet Joris Hébrard. © PHOTOPQR/LA PROVENCE/HIELY Cyril/MAXPPP

Parmi ses premières décisions, il avait annoncé son souhait d’en finir avec la gratuité de la cantine pour les plus pauvres. Puis avait annoncé ne plus vouloir financer le Téléthon. Après avoir fait parler de lui, Joris Hébrard, le maire FN du Pontet, élu en mars, n’est plus le premier édile de la ville.

Le Tribunal administratif de Nîmes a en effet annulé ce jeudi 16 octobre l'élection municipale de cette ville du Vaucluse remportée par le maire FN Joris Hébrard. C’est son opposant UMP, Claude Toutain, qui avait introduit un recours en avril, qui en a fait l’annonce à l’AFP. "Le tribunal nous a rétablis dans notre légitimité", a-t-il déclaré tandis que le directeur de cabinet du maire frontiste a indiqué, comme un aveu de confirmation :

"

A priori, c'est annulé.

"

D'après Le Monde, le premier magistrat FN de la ville ne compte pas se laisser faire et va contester cette annulation devant le Conseil d'Etat.

Le Pontet compte parmi les 11 villes remportées par le Front national lors des élections municipales. Le parti de Marine Le Pen avait arraché d'un petit rien, cette ville de 17.000 habitants, proche d'Avignon.
La liste du candidat FN était alors arrivée en tête de seulement 7 voix au second tour, récoltant 3.141 suffrages, contre 3.134 pour l'UMP Claude Toutain lors d'une triangulaire.

[Edit 15h00] Une annulation qu'ont souhaité relativiser les responsables du Front national, prédisant une "meilleure réélection" :

Du rab sur le Lab

PlusPlus