Le PS en délicatesse financière à cause d’un recul des cotisations et de… François Hollande

Publié à 12h22, le 13 décembre 2014 , Modifié à 12h22, le 13 décembre 2014

Le PS en délicatesse financière à cause d’un recul des cotisations et de… François Hollande
Jean-Christophe Cambadélis. © Julien MUGUET/Maxppp.

Le Parti socialiste perd des adhérents. Et des élections. Ce qui a inévitablement un impact financier sur le parti de la Rue de Solférino dirigé par Jean-Christophe Cambadélis. Au point d’envisager un "plan de départ volontaire", comme le révèle Le Parisien de ce samedi 13 décembre. Car le PS est en souffrance, avec actuellement 60 à 70.000 adhérents à jour de cotisations pour 150.000 encartés.

"Nos finances ne sont pas dans le rouge mais nous devons nous adapter pour éviter d’y être dans trois ans", confie au Parisien Jean-François Debat, le trésorier national du parti qui ne vise plus les prochaines échéances électorales mais d’ores et déjà les municipales de… 2020.

Surtout, la désertion (historique) des adhérents, à moins d’un an du Congrès, implique un manque à gagner important du côté des cotisations. Ce que reconnait sans ambages le trésorier du PS. Il explique :

Selon nos prévisions, les cotisations des adhérents devaient nous apporter 2,4 millions en 2014. Mais à mi-parcours, en juillet, seulement 530.000 euros étaient rentrés dans nos caisses au lieu du 1,3 million attendu.

Et pas sûr que la dynamique n’évolue favorablement sur la deuxième moitié de l’année 2014, après l’important remaniement d’août (départs de Hamon, Montebourg et Filippetti) et l’affaire Thévenoud.

Ces difficultés financières, le PS les doit également à… François Hollande, rappelle Le Parisien. "En décidant d’une baisse de 10% de la dotation de l’Etat aux partis politiques, il a privé son ancien parti de près de 3 millions d’euros en 2014", écrit ainsi le quotidien. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus