Le Parti socialiste enregistre une baisse historique de ses adhérents

Publié à 08h51, le 30 octobre 2014 , Modifié à 18h17, le 30 octobre 2014

Le Parti socialiste enregistre une baisse historique de ses adhérents
Jean-Christophe Cambadélis. © Julien MUGUET/Maxppp.
Image Sébastien Tronche


CRISE - Rien ne va plus au PS. Malgré les Etats généraux du parti décidés par Jean-Christophe Cambadélis, le parti de la rue de Solférino est en souffrance. Non seulement le parti est divisé quant au soutien à apporter à la ligne économique défendue par le gouvernement, non seulement le parti est déchiré quant à la date de son prochain congrès, mais les militants désertent.

C’est ce qui ressort d’un document interne consulté et révélé par Europe 1 ce jeudi 30 octobre. Ce document montre que les recettes liées aux cotisations sont en chute libre.

"Dans son budget prévisionnel 2014, le PS tablait en effet, au départ, sur 2.300.000 euros de recettes d’adhésion. Or, au 31 juillet, on en était à… 530.369 euros. 60 % de déperdition à ce stade de l’année, c’est du jamais vu", relate Europe 1 qui souligne que ces chiffres ont été arrêtés avant l’affaire Thévenoud. Ce qui n’augure pas d’une reprise sur le second semestre 2014.

Dans les rangs des socialistes à l’Assemblée nationale, on constate également auprès du Lab cette déperdition des forces vives du parti en régions. De nombreux secrétaires de section ont démissionné, ce qui inquiète les élus. Notamment en vue des élections à venir en 2015 – départementales et régionales – et plus encore en vue de la présidentielle de 2017.

Dans ce cadre de remobilisation des militants, Jean-Christophe Cambadélis tente de multiplier les initiatives. C’est dans ce cadre qu’il a envoyé aux sections locales du PS un DVD de Jean Jaurès, au moment où Manuel Valls posait la question du changement de nom du PS, ou qu’il a lancé les Etats généraux du parti.

En juin, c’est Le Parisien qui révélait que le PS avait déjà perdu 25 000 adhérents. Ce qui avait provoqué la colère du Premier secrétaire du parti, qui justifiait cette déperdition non pas par des départs volontaires mais par des radiations d’adhérents pas à jour de cotisation. Il demandait par ailleurs à ce que le solde soit observé et analysé au 31 décembre. Soit dans deux mois. Une nuance, certes, mais qui ne change pas le constat : à mi-mandat de François Hollande, le PS perd ses forces vives.

EDIT 18h10 - Dans un communiqué de presse, le Parti socialiste déclare se réserver toute possibilité de recours, tout en signalant que "l'état des adhésions au 31 juillet 2014 ne peut être considéré comme définitif".

Du rab sur le Lab

PlusPlus