Manuel Valls prévient Jean-Christophe Cambadélis : après le congrès, "il verra qui commande"

Publié à 16h12, le 15 février 2015 , Modifié à 16h12, le 15 février 2015

Manuel Valls prévient Jean-Christophe Cambadélis : après le congrès, "il verra qui commande"
Martine Aubry, Manuel Valls et Jean-Christophe Cambadélis. © PHILIPPE HUGUEN / AFP

C’EST QUI LE PATRON ? - Techniquement, et politiquement, c’est d’ordinaire le Premier ministre qui est le chef de la majorité. Donc Manuel Valls. Or, à l’approche du Congrès du PS en juin 2015, Jean-Christophe Cambadélis, le Premier secrétaire du PS, parti majoritaire, prend son rôle très à cœur.

Et pour cause, il tente tant bien que mal le grand écart à même de lui permettre de rassembler les diverses sensibilités de la majorité, de l’aile droite vallsiste à l’aile gauche, pour conserver son poste de patron du PS. A l’étape des "contributions", le boss de Solférino a montré les muscles et affiché ses nombreux soutiens.

Ce qui a le don d’irriter un tantinet Manuel Valls. D’après un confidentiel du JDD de ce dimanche 15 février, le Premier ministre a décidé de laisser agir Jean-Christophe Cambadélis jusqu’au Congrès. Mais après, prévient-il, il rappellera qui est le patron de la majorité gouvernementale. Ainsi lâche-t-il à des proches :

"

Il va gagner son congrès, mais après, il verra qui commande.

"

De son côté, François Hollande semble aussi agacé par les multiples prises de position du Premier secrétaire du PS, qui a notamment tenté de trouver un compromis sur le travail du dimanche. Un art délicat de la synthèse dont François Hollande est le maître.

Selon Le JDD, le chef de l’Etat estime ainsi que dans cette période pré-congrès, Jean-Christophe Cambadélis "parle trop". Lui qui compte déjà trois passages dans des matinales en février sera, ce dimanche, l’invité de BFM Politique. Il ne semble donc pas prêt de se taire.

Du rab sur le Lab

PlusPlus