Marie-George Buffet conseille à Jean-Luc Mélenchon de lire les écrits du pape François avant de le critiquer

Publié à 12h40, le 25 novembre 2014 , Modifié à 12h40, le 25 novembre 2014

Marie-George Buffet conseille à Jean-Luc Mélenchon de lire les écrits du pape François avant de le critiquer
Marie-George Buffet et Jean-Luc Mélenchon © REUTERS/Charles Platiau

HABEMUS PAPAM - La venue du pape François, ce mardi 25 novembre à Strasbourg, n'a pas plu à tout le monde. Jean-Luc Mélenchon et les radicaux de gauche ont par exemple critiqué cette visite papale dans l'enceinte du Parlement européen. D'autres, comme Louis Aliot (ici) ou Nadine Morano (ici), ont en revanche salué cette intervention, photographiant le pape et diffusant les images sur les réseaux sociaux comme d'autres le feraient pour une mini pop star.

Et puis il y a Marie-George Buffet. Si la députée communiste de Seine-Saint-Denis n'observe pas le souverain pontife avec des yeux de midinette, pour autant elle ne partage pas l'avis de Jean-Luc Mélenchon.

Invitée de LCP ce mardi 25 novembre, l'ancienne ministre du gouvernement Jospin a loué les qualités de François. Et conseiller à Jean-Luc Mélenchon de (re)lire le pape. Elle a dit :

Je vais lire un petit passage à Jean-Luc Mélenchon, un petit clin d'œil. C'est la déclaration du pape François le 1er mai. Il disait, le pape François : 'Ne pas verser un salaire juste, ne pas donner du travail parce que l’on regarde dans une entreprise que les profits, tout cela est contraire à Dieu'. Eh bien je trouve que beaucoup de gens devraient écouter le pape François.

Tiens, un nouveau différent entre le PCF et Jean-Luc Mélenchon. Et sur la religion cette fois.

Lundi 24 novembre, l'ancien co-président du Front de gauche a publié sur son blog une lettre ouverte à "monsieur le pape" dans laquelle il dénonce sa présence à la tribune du Parlement européen. "J’aurai préféré que vous y soyez venu faire une messe dans la sublime cathédrale de Strasbourg, ce qui est dans vos devoirs, plutôt qu’un discours à notre tribune humaine, ce qui contrarie les nôtres", écrit Jean-Luc Mélenchon.

Dans un communiqué, l'eurodéputée PRG Virginie Rozière critique elle-aussi cette venue papale. "La laïcité protège les libertés individuelles et garantit l'adoption de décisions politiques libres et soucieuses de l'intérêt général", dit-elle, assurant se battre pour que cette visite d'un pape au Parlement européen soit "la dernière".

[BONUS TRACK] Remember Jean-Paul

François Mitterrand, auquel se réfère souvent Jean-Luc Mélenchon, avait accueilli Jean-Paul II, en 1988. Le pape venait à Strasbourg pour, comme François ce 25 novembre, parler à la tribune du parlement européen.

Le président de la République, réélu quelques mois plus tôt, avait salué l'action du "très saint père", un pape qui pour François Mitterrand croyait à l'universel et le servait.

Du rab sur le Lab

PlusPlus