Morano refuse un poste de secrétaire nationale dans l'organigramme de l'UMP de Sarkozy

Publié à 08h05, le 10 décembre 2014 , Modifié à 11h41, le 10 décembre 2014

Morano refuse un poste de secrétaire nationale dans l'organigramme de l'UMP de Sarkozy
Morano écoutant un discours de Sarkozy en novembre 2014 à Nancy. © Maxppp / Mathieu Cugnot

MERCI, MAIS NON - Elle lui avait conseillé de placer ses fidèles à des postes-clés dans le nouvel organigramme de l'UMP, des fidèles "qui ne vont pas vous poignarder au premier virage de travers". Mais la proposition de Nicolas Sarkozy n'a pas été à la hauteur des espérances de Nadine Morano. Selon les informations de L'Obs, l'eurodéputée a refusé de devenir secrétaire nationale à la formation professionnelle et à l'apprentissage, soit l'intitulé de son ministère durant un an et demi. Un poste cependant en deçà de sa précédente fonction de déléguée générale aux élections.

A Paris Match, elle raconte sa conversation tendue avec Nicolas Sarkozy sur le sujet :

"

Nicolas m’a proposé de devenir secrétaire nationale à la formation professionnelle et à l‘apprentissage. Je lui ai répondu: "C’est une plaisanterie, c’est indigne, scandaleux, un manque de respect à mon égard. (...) Me proposer un tel déclassement, c'est tout le contraire de ce que tu as promis dans ta campagne, à savoir récompenser le courage, le travail et le mérite."

"

Pas question donc pour l'ancienne ministre, fidèle parmi les fidèles de Nicolas Sarkozy mais en phase de rapprochement avec Alain Juppé, d'être déclassée, elle qui a été secrétaire nationale il y a douze ans. Comme elle l'a rappelé à l'ancien Président, elle est depuis passée par les cases "déléguée générale et ministre".

Difficile également pour elle, comme le souligne L'Obs pour elle d'être placée sous la tutelle de Nathalie Kosciusko-Morizet avec qui elle s'entend mal.

Dix-huit secrétaires nationaux thématiques ont été nommés le 9 décembre, en plus des quatre secrétaires nationaux "fonctionnels" et de trois délégués généraux. Ils sont venus compléter l'organigramme de base comprenant la vice-présidente, le secrétaire général, les quatre secrétaires généraux adjoints (dont Edouard Courtial qui a écopé de la formation) ou encore les deux responsables chargés de la coordination des élections (Valérie Pécresse et Eric Doligé). Une nouvelle vague de secrétaires nationaux doit être annoncée dans les semaines à venir.

Edit 11h40 avec ajout des informations de Paris Match.

Du rab sur le Lab

PlusPlus