Nadine Morano qualifie le porte-parole de Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin, de "chihuahua"

Publié à 21h18, le 30 septembre 2014 , Modifié à 14h23, le 01 octobre 2014

Nadine Morano qualifie le porte-parole de Nicolas Sarkozy, Gérald Darmanin, de "chihuahua"
Nadine Morano. © Vincent Isore/Maxppp.

Nadine Morano n’apprécie pas, mais alors pas du tout, que Nicolas Sarkozy s’entoure d’autres personnes que les sarkozystes historiques, dont elle fait partie. Et ce d’autant plus lorsque le tout jeune porte-parole de campagne de l’ancien président, Gérald Darmanin, l’assimile au couple Balkany. "Moi, je ne suis pas mise en examen, je n’ai pas fait de détournements d’argent, je ne suis pas accusée de corruption et je n’ai pas à régler 1 million d’euros pour ne pas aller en taule", a-t-elle lâché en réponse, selon Le Canard Enchaîné de ce mercredi 1er octobre.

Alors l’eurodéputée UMP a dit tout le mal qu’elle pensait du député-maire UMP de Tourcoing à Nicolas Sarkozy. Un Gérald Darmanin qu’elle surnomme le "chihuahua" :

Je suis la seule à ne pas être allée me coucher pour attendre ta sortie de garde à vue et faire ensuite tous les plateaux télé. Alors ton chihuahua, il faut qu’il se taise, sinon je lui fous une muselière.

[Edit 1er octobre] Des propos que Nadine Morano dément au Scan. "Quand j'ai lu ça, j'étais scandalisée", confie-t-elle, précisant qu'elle souhaite "quand même" à Gérald Darmanin de réussir dans sa tâche. Et d'ajouter :

Ce sont des échos rapportés et manipulés par ceux qui laissent entendre que Nicolas Sarkozy ne doit pas s'entourer de ceux qui l'ont fait gagner en 2004 et en 2007.

Surtout, selon Le Canard, Nadine Morano ne comprend pas la stratégie de son mentor et sa volonté de "jeunisme". "Le jeunisme, ce n’est pas un programme", lui a-t-elle lancé, ajoutant, toujours selon l'hebdomadaire satirique :

Si c’est pour recommencer les mêmes conneries qui t’ont fait perdre en 2012 avec tous les gens qui t’ont planté des coups de couteau dans le dos.

Et de prendre l’exemple de Laurent Wauquiez, actuel fervent soutien de l’ex de l’Elysée. Un Laurent Wauquiez a qui elle a également trouvé un petit surnom sympathique :

La crevure.

"Ce sont les anciens qui t’ont fait gagner la présidence de l’UMP en 2004, et en 2007 l’Elysée. Alors que ce sont eux, les gens comme Wauquiez, NKM ou encore Pécresse qui t’ont planté en 2012", a ajouté Nadine Morano, visiblement remontée et déçue de ne pas faire partie de l’organigramme du retour de Nicolas Sarkozy. Pour Nicolas Sarkozy, qui veut se poser en rassembleur de la droite alors que l'UMP est toujours aussi divisée, le rassemblement passera aussi par amadouer les sarkozystes.

[Edit 1er octobre] Ajout du démenti de Nadine Morano.

Du rab sur le Lab

PlusPlus