Nicolas Sarkozy confie la charge de plancher sur "l’islam de France et l'islam en France" aux députés UMP Henri Guaino et Gérald Darmanin

Publié à 07h45, le 10 février 2015 , Modifié à 08h44, le 10 février 2015

Nicolas Sarkozy confie la charge de plancher sur "l’islam de France et l'islam en France" aux députés UMP Henri Guaino et Gérald Darmanin
Nicolas Sarkozy et Gérald Darmanin. © PHILIPPE HUGUEN / AFP
Image Sébastien Tronche


Sèchement éliminée au premier tour de la législative partielle dans le Doubs, l’UMP est sous la pression de la dynamique du FN. Nicolas Sarkozy le confie ainsi au Parisien de ce mardi 10 février :

Mais quelle dynamique ? La seule dynamique qui profite à Marine Le Pen, c’est celle de la destruction de notre système démocratique. Tout se lézarde et elle prospère là-dessus.

Pas d’effet "Charlie" contre le Front national donc. Et Nicolas Sarkozy promet que l’UMP va se remettre au travail, après deux ans de turbulences marquées par les guerres d’egos et les élections internes contestées. Au quotidien, il ajoute :

Pendant deux ans et demi, elle n’a pas eu d’opposition. Notre famille a montré une mauvaise image. Mais maintenant qu’on se remet au travail, nous allons réinvestir tous les débats.

A défaut de trancher entre NKM et Laurent Wauquiez, une synthèse difficile pour l’ancien chef de l’Etat, Nicolas Sarkozy va relancer les réunions et journées de travail thématiques. Et "réinvestir tous les débats". 

Et pour contrer le Front national et sa rhétorique offensive contre l’islam, l’UMP a décidé de plancher prochainement "sur l’islam de France et l’islam en France", comme annoncé par Nicolas Sarkozy au Conseil national de l'UMP. Une mission confiée à deux proches de Nicolas Sarkozy : Gérald Darmanin, qui fut son porte-parole de campagne pour la présidence de l’UMP, et son ancienne plume Henri Guaino. Les deux députés UMP auront donc la charge de piloter un groupe de travail sur la question.

Après les attentats contre Charlie hebdo, Gérald Darmanin, député-maire de Tourcoing, avait appelé à "un nouveau concordat". Avec Henri Guaino, ils faisaient également partie, le 15 janvier, de la délégation qui entourait Nicolas Sarkozy pour rencontrer les représentants des autorités religieuses.

Du rab sur le Lab

PlusPlus