Possible candidat aux régionales en Bretagne, Jean-Yves Le Drian ne veut pas donner l'image d'un ministre sur le départ

Publié à 11h31, le 08 février 2015 , Modifié à 11h31, le 08 février 2015

Possible candidat aux régionales en Bretagne, Jean-Yves Le Drian ne veut pas donner l'image d'un ministre sur le départ
Jean-Yves Le Drian © AFP / Martin Bureau

L'APPEL DE LA BRETAGNE - Il le dit et le répète ce 8 février dans Le Grand rendez-vous sur Europe 1 et iTélé, il est "aujourd'hui ministre de la Défense" et son temps est "celui de l'action". Jean-Yves Le Drian pourrait cependant bien mener la liste des régionales en Bretagne, son fief, en décembre 2015. Dans ce cas, il devrait quitter le gouvernement.

Caroline Roux l'évoquait déjà sur Europe 1 début janvier. Ce dimanche, le JDD explique que l'ancien président du Conseil régional de Bretagne doit prendre sa décision entre les départementales de mars et l'été. L'hebdomadaire écrit que la plupart de ses collaborateurs ont été informés qu'ils pouvaient chercher à "se recaser".

En attendant cette possible annonce, Jean-Yves Le Drian ne veut pas donner l'image d'un ministre sur le départ, particulièrement dans cette période post-attentats en France. Il explique dans Le Grand rendez-vous de ce dimanche :

"

On vient de passer beaucoup de temps à parler de menaces, de risques, de la sécurité de notre pays et vous voyez que je suis bien occupé. Le président de la République m’a donné une mission, c’est une mission exigeante, difficile, que je fais j’espère le mieux possible, une mission passionnante. Mon temps est celui de l’action et mon temps est bien occupé par tout ça.



Et ce n’est pas au moment où on parle de l’Ukraine, de Boko Haram, de Daech, où notre sécurité intérieure est menacée d’aller parler des élections qui ont lieu au mois de décembre, donc on a le temps de parler de tout ça.

"

Même à son poste de ministre de la Défense depuis le début du quinquennat, Jean-Yves Le Drian est toujours resté très proche des affaires bretonnes, œuvrant notamment lors de la réforme territoriale pour éviter à sa région une fusion avec les Pays de la Loire. Il compte par ailleurs dans son cabinet de ministre deux conseillers dédiés à la Bretagne.

Selon le JDD, Stéphane Le Foll, Bernard Cazeneuve ou l'actuel président PS de la commission des Lois, Jean-Jacques Urvoas, seraient parmi les favoris pour lui succéder en cas de départ du gouvernement.

Du rab sur le Lab

PlusPlus