Pour Rachida Dati, "à ce stade", "il n’y a pas de projet, pas de candidat" pour la primaire UMP

Publié à 10h15, le 08 décembre 2014 , Modifié à 10h29, le 08 décembre 2014

Pour Rachida Dati, "à ce stade", "il n’y a pas de projet, pas de candidat" pour la primaire UMP
Rachida Dati. © Maxppp.

Rachida Dati est une sarkozyste de la première heure. Mais son soutien à Nicolas Sarkozy n’est pas inconditionnel. Pour soutenir l’ancien chef de l’Etat sur le retour pour la présidence de l'UMP, l’ancienne ministre de la Justice avait posé ses conditions.

Et si elle a bien voté pour le nouveau président de l’UMP, elle n’a pas encore arrêté son choix pour la primaire UMP de 2016 qui doit déterminer le candidat de la droite à la présidentielle. Et pour cause. Selon Rachida Dati, invitée ce lundi 8 décembre sur iTélé, elle ne peut choisir puisqu’il n’y a pas de candidat déclaré. Voilà ce qu’elle en dit :

Les primaires on y est pas. C’est dans un an et demi. A ce stade, je ne vote pour personne, il n’y a pas de projet, il n’y a pas de candidat.

Et d’ajouter :

Vous votez pour un candidat à l’élection présidentielle ou à une primaire comme ça de manière inconditionnelle sans vision sans projet sans rien, uniquement pour un homme ou une femme ?

Sauf qu’à l’heure actuelle, il y a déjà quatre candidats déclarés pour cette primaire. Et s’il n’y a pas encore de projets gravés dans le marbre, il y a d’ores et déjà des lignes qui se dessinent. Ainsi Xavier Bertrand, François Fillon, Alain Juppé et Christian Estrosi ont annoncé clairement leurs intentions. Sans parler de Bruno Le Maire ou Hervé Mariton, qui n’excluent rien, ou de Nicolas Sarkozy dont on présume qu’il sera bien candidat à la primaire pour 2017 après avoir repris le parti.

Si elle concède que "l’amitié, la loyauté ont un sens", Rachida Dati ne souhaite pas encore s’avancer. En mode "attentiste", la maire UMP du 7e arrondissement de Paris, et eurodéputée, justifie cette posture ainsi :

Mais la France, je la place au-dessus de cela. On a besoin d’une vision et d’un projet. Pour la primaire, ce n’est pas un casting.

Un casting qui prend pourtant déjà forme.

Du rab sur le Lab

PlusPlus