Quand Joey Starr raconte son dîner à l’Elysée : "en sortant, j’étais quand même bien fracassé"

Publié à 12h49, le 04 mars 2015 , Modifié à 12h53, le 04 mars 2015

Quand Joey Starr raconte son dîner à l’Elysée : "en sortant, j’étais quand même bien fracassé"
Joey Starr apprenant qu'il y a du bon rhum à l'Elysée. © PHILIPPE MERLE / AFP
Image Sébastien Tronche


SEINE-SAINT-DENIS STYLE – Plus de deux mois après avoir dîné à l’Elysée, comme le Lab l’avait raconté, Joey Starr revient sur cette petite sauterie en compagnie du chef de l’Etat.

Dans le magazine So Film, l’ancien rappeur du groupe NTM explique, à base de popopop, avoir été invité par… Julie Gayet – à propos de laquelle François Hollande n’hésite plus à plaisanter désormais. "Le dîner à l’Elysée, j’y suis allé avec Dominique Besnehard et des gens avec qui je bossais. Ça s’est fait comme ça", explique celui qui s’est reconverti avec succès dans le cinéma. Il poursuit :

Je tournais avec Julie Gayet, et elle me dit : "On fait un dîner avec mon fiancé, est-ce que tu veux venir ?" Sur le moment, comme une tête d’ardoise, je lui demande qui est son fiancé. Elle ne me répond pas, et me redemande si je viens. J’accepte, et voilà.

C’est aussi simple que ça. Et Julie Gayet, d’après l’auteur de Pose ton gun, présente donc François Hollande comme "son fiancé". 

Mais l’ex compère de Kool Shen lâche d’autres anecdotes sur ce dîner au château, lui qui chantait à l’époque de NTM "Allons à l’Elysée brûler les vieux" dans le morceau Qu'est-ce qu'on attend ?. Interrogé sur le décalage manifeste entre ses lyrics et cette petite réception, Joey Starr répond :

Sans problème, négro. Mais sur le moment je me suis dit : "I’m a punk-funk nigga !"

Un repas visiblement bien arrosé, à en croire le rappeur :

En sortant de là, j’étais quand même bien fracassé. Ils ont du bon rhum à l’Elysée. Ils ont posé la bouteille sur la table, du rhum haïtien en plus, et j’ai fait participer tout le monde.

Pour le plaisir, le clip des rappeurs du 9.3 Qu’est-ce qu’on attend ?, datant de 1995 :



Du rab sur le Lab

PlusPlus