Trains plus larges que les quais commandés par la SNCF : "les régions ne sont pas des pigeons", prévient Alain Rousset, président de l'association des régions de France

Publié à 22h32, le 20 mai 2014 , Modifié à 10h48, le 21 mai 2014

Trains plus larges que les quais commandés par la SNCF : "les régions ne sont pas des pigeons", prévient Alain Rousset, président de l'association des régions de France
Frédéric Cuvillier et Alain Rousset (Maxppp)

C'est une boulette d'au moins 50 millions d'euros qui passe particulièrement mal en période de disette budgétaire. Comme le révèle Le Canard Enchaîné à paraître ce mercredi 21 mai, la SNCF a commandé des centaines de nouveaux trains régionaux trop larges. Les 182 rames TER Regiolis d'Alstom et les 159 Regio 2N de Bombardier, qui vont entrer en service progressivement jusqu'à fin 2016 vont nécessiter de raboter 1.300 quais à travers la France, comme l'ont confirmé à l'AFP la SNCF et Réseau Ferré de France (RFF).

RFF qui établit le montant total des travaux des quais à 50 millions d'euros. Le Canard Enchaîné assure que l'enveloppe débloquée d'urgence par RFF est plus de 80 millions d'euros. Qui va payer ? Hors de questions que les régions mettent la main à la poche prévient Alain Rousset, président de l'association des régions de France, interrogé par BFMTV dans la cour de l'Elysée :

Nous refusons de verser un seul centime sur cette réparation. On ne va pas, quand même, être à la fois pigeon et financeurs. Les régions ne sont pas des pigeons.

Également interrogé sur BFMTV, Frédéric Cuvillier, secrétaire d'État aux transports estime que cette histoire est "la démonstration que le système ferroviaire est rocambolesque, ubuesque", "une situation inacceptable".

Le projet de réforme ferroviaire qui doit être examiné le 16 juin par l'Assemblée nationale, prévoit de regrouper l'actuel Réseau ferré de France (RFF) et la SNCF en un grand groupe public.

Du rab sur le Lab

PlusPlus