Un élu FN de Tournan-en-Brie attaque un conseiller sur ses origines algériennes : "Des cons comme toi, j’en ai tué plein pendant la guerre !"

Publié à 18h57, le 13 mai 2014 , Modifié à 09h37, le 14 mai 2014

Un élu FN de Tournan-en-Brie attaque un conseiller sur ses origines algériennes : "Des cons comme toi, j’en ai tué plein pendant la guerre !"
Une affiche du FN (illustration) © Sipa
Image Sylvain Chazot


OUTRAGE – Drôle d’ambiance, ce jeudi 8 mai à Tournan-en-Brie (Seine-et-Marne), à l’occasion des célébrations du 69ème anniversaire de la victoire du 8 mai 1945. Comme le rapporte Le Pays Briard, l'élu FN Jacques Gérard, membre du conseil municipal, a violemment pris à partie le conseiller municipal à la jeunesse Madani Khaloua. 

En pleine cérémonie, il s’est approché du conseiller, arguant que ce dernier "n’avait pas le droit de porter l’écharpe tricolore [car] il n’a pas fait la guerre".

Jacques Gérard a démissionné de ses fonctions de conseiller municipal lundi 12 mai, "en raison des incidents du 8 mai", précise au Lab le maire de Tournan-en-Brie Laurent Gautier. 

Contacté par Le Lab, Madani Khaloua raconte la scène :

Au début, j’ai cru qu’il voulait me pousser. Il était très agressif. Il montrait à tout le monde sa carte d’ancien combattant. Puis il m’a dit devant témoins : 'Des cons comme toi, j’en ai tué plein pendant la guerre ! [d'Algérie, ndlr]

De quoi quelque peu perturber la commémoration. Il faudra l’intervention du maire pour que le calme revienne dans l’assemblée. "Ça a brisé ma cérémonie. J’étais très triste", commente Madani Khaloua.

D’origine algérienne, le nouveau conseiller municipal est né et a grandi à Tournan-en-Brie. D’après lui, Jacques Gérard l’a de nombreuses fois attaqué sur ses origines, "toujours devant témoin". Il précise :

Plusieurs fois, il m’a dit 'moi, je suis Français'. En 2012, il s’est demandé comment, avec notre passé colonial, on pouvait me laisser tenir un bureau de vote.

Après l’incident du 8 mai, Madani Khaloua a décidé de porter plainte pour "outrage". "Ce sont des ennemis de la diversité. En façade, on a des personnes lisses, mais lorsqu’on gratte, le vernis du FN tombe", ajoute-t-il.  

Contacté par Le Lab, Jacques Gérard n’a pas souhaité s’exprimer. 

[EDIT 14/05] Ajout de la démission de Jacques Gérard. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus