Un élu de Montreuil-Juigné, Jacques Renaud, porte plainte pour usurpation d'identité après un tweet qui fait scandale

Publié à 16h16, le 23 juillet 2014 , Modifié à 21h58, le 23 juillet 2014

Un élu de Montreuil-Juigné, Jacques Renaud, porte plainte pour usurpation d'identité après un tweet qui fait scandale
Montage Le Lab
Image Thibaut Pezerat


C'est l'histoire d'un tweet qui enflamme la toile et la classe politique, et pourrait n'être qu'un gros fake. Ce tweet, c'est celui d'un certain Jacques Renaud, élu divers-droite de la ville de Montreuil-Juigné, dans le Maine-et-Loire. Un message dans lequel l'élu croit bon de demander, le 22 juillet dernier, à son interlocuteur qui l'interpellait avec une photo d'enfant déchiqueté s'il s'agissait de "viande halal". Tout cela, bien sûr, au sein d'un débat sur le conflit israélo-palestinien.




Cet échange, le voici (nous avons volontairement floué la photo de l'enfant) :





Sauf que. La première adjointe de la ville, Nathalie Lemaire, affirme au Lab que Jacques Renaud se trouve à la gendarmerie ce mercredi après-midi pour déposer plainte pour usurpation d'identité. Selon elle, Jacques Renaud n'a jamais eu de compte Twitter et qu'il s'agit là de malveillance :

Il n'a même pas de compte Twitter et il ne sait pas s'en servir. Depuis un moment, quelqu'un a usurpé son identité. 

La mairie s'est également fendue d'un communiqué de presse aux alentours de 17h pour affirmer que Jacques Renaud n'est pas l'auteur de ces tweet :


L’adjoint au Maire Jacques RENAUD tient à affirmer qu’il n’a pas tenu les propos ignobles qui lui sont attribués sur twitter.
N’utilisant pas ce genre de technologies, il condamne avec la plus grande fermeté cette usurpation d’identité. Une plainte vient d’être déposée en ce sens auprès de la gendarmerie.

Une thèse accréditée également par le maire de la ville auprès de Ouest-France. Un rapide coup d'oeil sur l'historique du compte permet de constater que le pseudonyme de l'utilisateur a plusieurs fois changé lors de l'année qui s'est écoulée. 




En décembre 2013, les traces subsistantes sur le web indiquent que le nom inscrit au-dessus est celui de Nicolas Millot, comme en témoigne le site DevantLaTélé (voir la capture) : 







En observant également les précédentes conversations, il apparaît que le "username" mentionné pour répondre au vrai/faux Jacques Renaud était plutôt @millotnicolas_ ou encore @nicolas_749, et ce jusqu'en juin 2013 :







Même @nicolasmillot_ auquel répond l'ami Guy Birenbaum, le 24 janvier dernier :







Quoiqu'il en soit, ce tweet a fait rapidement scandale sur Twitter, et un hashtag #RenaudDemission a été spontanément utilisé sur Twitter, notamment plusieurs élus, comme ces deux députés et cette sénatrice :






Une pétition demandant la démission de l'élu a déjà récolté une centaine de signatures.




La photographie en question est introuvable sur des sites de médias internationaux. Elle est en revanche largement diffusée sur les réseaux sociaux, par des pages de soutien à la cause palestinienne (ici, ou , mais ne cliquez pas si vous avez le cœur sensible), sans que l'on puisse en vérifier l'authenticité.






En fin de journée, le compte twitter @JacquesRenaud49 a été supprimé : 









Edit 17h05: ajout communiqué de presse de la mairie

Edit 17h50: ajout des changements de username du compte

Edit 21h55 : ajout de la suppression du compte twitter

Thibaut Pézerat avec Jules Darmanin

Du rab sur le Lab

PlusPlus