Une troupe de théâtre annule sa venue à Hénin-Beaumont, Steeve Briois fustige une "attitude capricieuse et moralisatrice"

Publié à 09h18, le 29 juillet 2014 , Modifié à 07h44, le 30 juillet 2014

Une troupe de théâtre annule sa venue à Hénin-Beaumont, Steeve Briois fustige une "attitude capricieuse et moralisatrice"
Steeve Briois devant la mairie d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, le 28 février 2014. (Reuters/Pascal Rossignol)

"POLICE DE LA PENSEE" - "Une attitude capricieuse, moralisatrice, intolérante et stigmatisante" : Steeve Briois a publié mardi 29 juillet un communiqué en forme d'uppercut, en réaction à la décision d'une compagnie de théâtre d'annuler sa venue à Hénin-Beaumont.

La ville du Pas-de-Calais, qui a élu maire le frontiste dès le premier tour en mars dernier, devait en effet accueillir en septembre la compagnie cannoise Tandaim, invitée par la Communauté d'Agglomération Hénin-Carvin, expliquait dimanche La Voix du Nord.

Mais la troupe a décidé d'annuler sa représentation en raison de la nouvelle couleur politique de la commune de 27 000 habitants. "Cela a fait débat entre nous", explique au quotidien locale la metteur en scène de la troupe, Alexandra Tobelaim. Trois des quatre membres de la troupe y étaient favorables, mais pas Jean-Marc Montera, le guitariste. Il explique à La Voix du Nord :

C'est une décision difficile car c'est mon métier.

Ce qui motive sa position, assure-t-il, c'est la décision de Steeve Briois de "fermer les locaux de la Ligue des droits de l'homme" (Le Lab vous en parlait début avril) :

Cette absence d'humanisme est incompatible avec une politique culturelle cohérente. J'entends les arguments sur la nécessité d'occuper le terrain. Tout le monde à Hénin n'a pas voté FN, mais je ne me sens pas d'aller dans un endroit où je ne suis pas en harmonie avec la politique générale.

Une attitude "capricieuse, moralisatrice, intolérante et stigmatisante", fulmine donc Steeve Briois en citant cette dernière phrase, selon laquelle, dit l'élu, il s'agit "d'asséner aux habitants d'Hénin-Beaumont qu'ils auraient "mal voté"". Le maire FN poursuit :

La démocratie et la tolérance sont pour certains difficiles à appliquer au quotidien et derrière le discours d'ouverture et de la liberté se cache bien souvent la police de la pensée.

Ce week-end, l'adjoint à la culture de Steeve Briois, Christopher Szurek, avait déjà donné le ton dans les colonnes de La Voix du Nord :

Je ne comprendrai jamais cette logique consistant à ostraciser une population en raison de ce qu'elle a voté. Ceux qui s'autoproclament défenseurs de la culture jouent aux petits dictateurs.

Dans un communiqué de presse, le représentant local du PCF David Noël a répondu à l'adjoint à la Culture d'Hénin-Beaumont, s'exclamant, à propos de l'emploi de la formule "petits dictateurs" :

Quel mépris de la part de l'élu à la culture d'extrême-droite !

Dénoncant l'absence d'"autocritique" de la municipalité FN, "unique responsable et coupable pour l'image désastreuse qu'elle donne d'Hénin-Beaumont à la France", David Noël dit "comprendre" la troupe de théâtre, mais aurait préféré qu'elle vienne jouer sa pièce :

On comprend aisément qu'une troupe de théâtre n'ait pas envie d'être instrumentalisé par la municipalité d'extrême-droite, même si, pour la population héninoise, on regrette cette annulation de spectacle. Sans doute aurait-il été préférable de venir jouer et de faire une intervention citoyenne à la fin de la représentation pour expliquer en quoi les valeurs du F-haine sont incompatibles avec une certaine idée de la culture.

[Edité à 13h avec réaction du PCF d'Hénin-Beaumont]

Du rab sur le Lab

PlusPlus