Une troupe de théâtre annule sa venue à Hénin-Beaumont, Steeve Briois fustige une "attitude capricieuse et moralisatrice"

Publié à 09h18, le 29 juillet 2014 , Modifié à 07h44, le 30 juillet 2014

Une troupe de théâtre annule sa venue à Hénin-Beaumont, Steeve Briois fustige une "attitude capricieuse et moralisatrice"
Steeve Briois devant la mairie d'Hénin-Beaumont, dans le Pas-de-Calais, le 28 février 2014. (Reuters/Pascal Rossignol)

"POLICE DE LA PENSEE" - "Une attitude capricieuse, moralisatrice, intolérante et stigmatisante" : Steeve Briois a publié mardi 29 juillet un communiqué en forme d'uppercut, en réaction à la décision d'une compagnie de théâtre d'annuler sa venue à Hénin-Beaumont.

La ville du Pas-de-Calais, qui a élu maire le frontiste dès le premier tour en mars dernier, devait en effet accueillir en septembre la compagnie cannoise Tandaim, invitée par la Communauté d'Agglomération Hénin-Carvin, expliquait dimanche La Voix du Nord.

Mais la troupe a décidé d'annuler sa représentation en raison de la nouvelle couleur politique de la commune de 27 000 habitants. "Cela a fait débat entre nous", explique au quotidien locale la metteur en scène de la troupe, Alexandra Tobelaim. Trois des quatre membres de la troupe y étaient favorables, mais pas Jean-Marc Montera, le guitariste. Il explique à La Voix du Nord :

"

C'est une décision difficile car c'est mon métier.

"

Ce qui motive sa position, assure-t-il, c'est la décision de Steeve Briois de "fermer les locaux de la Ligue des droits de l'homme" (Le Lab vous en parlait début avril) :

"

Cette absence d'humanisme est incompatible avec une politique culturelle cohérente. J'entends les arguments sur la nécessité d'occuper le terrain. Tout le monde à Hénin n'a pas voté FN, mais je ne me sens pas d'aller dans un endroit où je ne suis pas en harmonie avec la politique générale.

"

Une attitude "capricieuse, moralisatrice, intolérante et stigmatisante", fulmine donc Steeve Briois en citant cette dernière phrase, selon laquelle, dit l'élu, il s'agit "d'asséner aux habitants d'Hénin-Beaumont qu'ils auraient "mal voté"". Le maire FN poursuit :

"

La démocratie et la tolérance sont pour certains difficiles à appliquer au quotidien et derrière le discours d'ouverture et de la liberté se cache bien souvent la police de la pensée.

"

Ce week-end, l'adjoint à la culture de Steeve Briois, Christopher Szurek, avait déjà donné le ton dans les colonnes de La Voix du Nord :

"

Je ne comprendrai jamais cette logique consistant à ostraciser une population en raison de ce qu'elle a voté. Ceux qui s'autoproclament défenseurs de la culture jouent aux petits dictateurs.

"

Dans un communiqué de presse, le représentant local du PCF David Noël a répondu à l'adjoint à la Culture d'Hénin-Beaumont, s'exclamant, à propos de l'emploi de la formule "petits dictateurs" :

"

Quel mépris de la part de l'élu à la culture d'extrême-droite !

"

Dénoncant l'absence d'"autocritique" de la municipalité FN, "unique responsable et coupable pour l'image désastreuse qu'elle donne d'Hénin-Beaumont à la France", David Noël dit "comprendre" la troupe de théâtre, mais aurait préféré qu'elle vienne jouer sa pièce :

"

On comprend aisément qu'une troupe de théâtre n'ait pas envie d'être instrumentalisé par la municipalité d'extrême-droite, même si, pour la population héninoise, on regrette cette annulation de spectacle. Sans doute aurait-il été préférable de venir jouer et de faire une intervention citoyenne à la fin de la représentation pour expliquer en quoi les valeurs du F-haine sont incompatibles avec une certaine idée de la culture.

"

[Edité à 13h avec réaction du PCF d'Hénin-Beaumont]

Du rab sur le Lab

PlusPlus