[VIDEO] Échange musclé entre Jérôme Guedj (PS) et Georges Tron (UMP) sur fond d'accusation de viol

Publié à 12h56, le 01 mars 2015 , Modifié à 13h06, le 01 mars 2015

[VIDEO] Échange musclé entre Jérôme Guedj (PS) et Georges Tron (UMP) sur fond d'accusation de viol
Georges Tron et Jérôme Guedj sur le plateau de France 3 / Capture d'écran via France 3

DÉBAT PACIFIQUE - La campagne pour les départementales est lancée en Essonne. Le samedi 28 février, France 3 Ile-de-France organisait un débat entre les différents candidats dans le département. Étaient présents Georges Tron (UMP), Jérôme Guedj (PS), Audrey Guibert (FN) et Mounia Benaili (Front de Gauche). Mais ce sont bien les deux premiers qui se sont violemment attaqués sur le plateau de la chaîne. 

Alors que Georges Tron finit d'échanger avec Audrey Guibert, Jérome Guedj prend la parole pour attaquer frontalement le maire de Draveil. Voici ce qu'il déclare :

"

J'ai vu de la fébrilité et de l'agressivité, M. Tron, quand a été évoquée la question de la droite affairiste. Je vais dire les choses très calmement. Vous êtes renvoyé aux assises pour viol. C'est une affaire personnelle. [...] Je regrette que pour laver votre affront personnel, c'est comme cela que vous le dessinez, le nommez, vous vous soyez engagé dans cette bataille. Je tenais à vous le dire car malheureusement, la campagne va être pervertie par cela.

"

Alors que l'ancien député frondeur termine son attaque, Georges Tron garde le silence avant de répondre en accusant Jérome Guedj d'être "sale". Voici ce qu'il répond :

"

Faut-il que Monsieur Guedj ait peur ? Faut-il que Monsieur Guedj ait très très peur pour en arriver à dire des choses si scandaleuses. Il faut dire que Monsieur Guedj est bien placé pour nous en parler puisque ce sont les militants socialistes qui mettent dans les boîtes aux lettres les photocopies des journaux sur ce qu'on appelle mon affaire. [...] Dire n'importe quoi ou insulter les gens, ça me laisse totalement indifférent parce que cela vient de vous. Vous êtes un homme qui utilise des méthodes basses parce que votre façon de réfléchir est basse. Je vous le dis très concrètement. Je suis innocent et vous êtes sale. 

"

Un échange, d'une durée de quatre minutes, isolé par France 3, à retrouver ci-dessous :



Du rab sur le Lab

PlusPlus