VIDÉO - Salon de l'Agriculture : Manuel Valls s'invite en direct sur le plateau de France 3

Publié à 12h02, le 23 février 2015 , Modifié à 12h13, le 23 février 2015

VIDÉO - Salon de l'Agriculture : Manuel Valls s'invite en direct sur le plateau de France 3
Manuel Valls au salon de l'Agriculture, lundi 23 février 2015 © Captures d'écran France 3
Image Etienne Baldit


INSTANT TÉLÉ - Il est 11h34, lundi 23 février au Salon de l'Agriculture. France 3 est en direct depuis le Parc des Expositions, porte de Versailles à Paris. Quand soudain, Manuel Valls déboule.

Rien n'est prévu. Qu'à cela ne tienne. Laurent Boyer, qui présente l'émission, ne se démonte pas et invite le Premier ministre à rejoindre le plateau. Prestement, ce dernier enjambe la barrière sous les applaudissements et salue le président de France Télévisions, Rémi Pflimlin, qui lui tend un micro. Un brin transpirant, Manuel Valls déclare :

Je commence à faire le tour des produits gastronomiques, les vins notamment, mais pas seulement. (Rires)  Le plus important, c'est de tenir le cap là maintenant. Voilà

Une intervention à retrouver dans cette vidéo isolée par Le Lab :





Après François Hollande samedi, c'était donc au tour de Manuel Valls d'arpenter les allées du salon et d'admirer ce qu'il se fait de mieux dans les terroirs français. L'occasion pour lui, également, de délivrer un message très politique aux agriculteurs vis-à-vis du Front national, alors que le parti de Marine Le Pen est donné en tête des intentions de vote pour le premier tour des élections départementales des 22 et 29 mars, selon un sondage Ifop pour Le Figaro. Le Premier ministre les met en garde :

Voter FN, c'est détruire le modèle européen qui a soutenu l'agriculture française. Les agriculteurs savent aussi ce qu'ils doivent aux pouvoirs publics, particulièrement à l'Europe.

Le ministre de l'Agriculture et tous les membres du gouvernement sont évidemment au côté des agriculteurs, notamment des filières qui peuvent être en difficulté à cause du contexte économique et de l'embargo russe. [...] Je pense que les valeurs de travail, de solidarité, de mérite, cette volonté de transmettre ce savoir-faire à la jeunesse, cette qualité que l'on ressent ici, sont aux antipodes de ce qu'est l'extrême droite. L'extrême droite et le monde rural ne peuvent pas se retrouver.

Du rab sur le Lab

PlusPlus