VIDEOS. Les astuces de Ségolène Royal pour esquiver le sujet Jouyet-Fillon

Publié à 10h03, le 13 novembre 2014 , Modifié à 10h07, le 13 novembre 2014

VIDEOS. Les astuces de Ségolène Royal pour esquiver le sujet Jouyet-Fillon
Ségolène Royal dans la cour de l'Elysée et sur France info les 12 et 13 novembre 2014. © images France info et BFMTV

L'ART DE L'ESQUIVE - C'est une habitude chez Ségolène Royal : faire de longues, très longues digressions, pour éviter de répondre aux questions gênantes. Une manière de profiter d'un système médiatique qu'elle connait bien, au temps de parole toujours très limité. Une façon également de caser les sujets qu'elle apprécie à la place des thèmes polémiques.

Exemple flagrant sur le dossier Jouyet cette semaine. Première esquive de la ministre de l’Écologie le 12 novembre, à la sortie du conseil des ministres. Ce jour-là, Ségolène Royal va longuement parler santé et environnement, au motif que cela "passionne les gens" :

Il faut passer à d'autres sujets, les Français sont un peu surpris sur le temps passé sur des polémiques violentes, incompréhensibles, alors qu'il y a tellement de choses à faire comme ça. Voyez ce matin je parlais des relations entre la santé et l'environnement en conseil des ministres, ça passionne les gens !



Par exemple 85% des Français se disent gênés par le bruit, donc c'est un enjeu majeur de détruire le bruit pour la santé publique ! Ou les pesticides, on voit que ça impacte sur la fertilité, les cancers du tube digestif ... très important d'interdire les pesticides !

Voici l'extrait isolé par le Lab :





Rebelote ce 13 novembre sur France info, cette fois-ci grâce à un autre sujet d'actualité : la mission Rosetta et le robot Philae. Appréciez la prouesse, une grosse minute de digression très éloignée du sujet Jouyet au motif que "beaucoup de temps a été perdu sur cette histoire" :





"Vous êtes très forte", s'amusera même le journaliste face à son esquive, après une ultime tentative. "Élevons un petit peu le débat", conclura Ségolène Royal.

Du rab sur le Lab

PlusPlus