Alain Juppé explique pourquoi selon lui le port du voile n'est pas "un scandale"

Publié à 20h14, le 29 mai 2015 , Modifié à 20h03, le 30 mai 2015

Alain Juppé explique pourquoi selon lui  le port du voile n'est pas "un scandale"
Alain Juppé © DON EMMERT / AFP

Alain Juppé entend marquer sa différence. Et notamment avec Nicolas Sarkozy. Mais ne comptez pas sur lui pour attaquer le futur président de Les Républicains. Pas directement en tous cas. L'ancien Premier ministre préfère se démarquer sur le terrain des idées. Interrogé par Le Figaro, samedi 30 mai, il se présente donc comme "un homme de droite ouvert, pas sectaire".

Ouvert, et particulièrement sur les questions qui, dans sa famille, divise, irritent. Alors que l'actuel président de l'UMP s'était fait remarquer, en mars, en voulant supprimer les repas de substitution dans les cantines scolaires, Alain Juppé lui se veut un peu plus conciliant. Il ne parle pas du porc dans les assiettes mais du foulard islamique. Il dit :

"

Il faut arrêter de dire que porter un foulard sur la tête est un scandale.

 

"

Alain Juppé précise bien que, selon lui, "les signes religieux n'ont pas leur place à l'école". "Mais de là à considérer qu'un enfant qui ne veut pas manger de porc doit être exclu de l'école publique ou qu'une adulte qui porte un foulard n'a pas sa place à l'université… Il faut garder son sang-froid ! Ne tombons pas dans l'extrémisme et dans la stigmatisation systématique", ajoute le maire de Bordeaux (suivez son regard). 

Alain Juppé en vient même à s'interroger : le foulard est-il vraiment un signe d'inégalité ? Il explique :

"

J'étais pleinement d'accord pour interdire les signes religieux ostentatoires à l'école. Mais au-delà ? Il y a des traditions. Arrêtons de nous focaliser sur le foulard !

 

"

Et s'il prend soin de préciser que "le voile intégral, la burqa ne sont nulle part acceptables, sont contraires à la loi et stigmatisent à l'évidence la femme", Alain Juppé devrait quand même s'attirer les foudres de certains dans son propre camp.

Du rab sur le Lab

PlusPlus