Des ténors socialistes critiquent ouvertement François Hollande

Des ténors socialistes critiquent ouvertement François Hollande
François Hollande, en ocobre 2011, au Sénat, aux côtés de Gérard Collomb, André Vallini, et François Rebsamen (photo MaxPPP)

FRANCOIS, TU DEVRAIS ...  – Deux éléphants du Parti socialiste, le président du groupe socialiste au Sénat, François Rebsamen, et André Vallini, sénateur et président du Conseil général de l’Isère, s’épanchent, ce vendredi 2 novembre, sur leurs critiques de l’exercice du pouvoir made in Hollande.

Interrogé dans le journal de 7h30 de RTL, François Rebsamen se lance dans un traditionnel : "Je donne pas de conseil au président, mais …" .

 (photo MaxPPP)

En l’occurrence sa petite "suggestion", c’est rien de moins qu’une demande d’explication du chef de l’Etat, à qui il conseille de parler "directement" aux Français :

J’ai pas de conseil à donner au président de la République, mais si j’avais une suggestion à faire, j’en ai fait une ou deux, ce serait bien qu’il s’adresse directement aux Français pour leur dire pourquoi on leur demande des efforts.

Ecoutez le "cri d’alarme" (sic) de François Rebsamen, adressé à "tous les ministres" :


 

Au passage, François Rebsamen réclame que cessent les sorties de socialistes autour des éventuelles difficultés de la France à respecter son engagement européen d’un déficit ramené à 3% du PIB :

Quand j’entends des socialistes dire : "on fera pas 3%, mais peut-être 3,1%, 3,2%",Je dis : "Qu’ils se taisent" !

Au Lab, on vous propose les sous-titres : parmi les socialistes dans le viseur de Rebsamen, on trouve rien de moins que le président de l'Assemblée nationale, Claude Bartolone, ou le nouveau patron du Parti socialiste, Harlem Désir.

Autres critiques socialistes contre François Hollande qui s'étalent dans la presse, ce vendredi 2 ?

Celles d’André Vallini, interrogé par Le Figaro, qui le met même en une : 

André Vallini y développe lui aussi des critiques contre la méthode Hollande … :

François Hollande doit à nouveau s’adresser aux Français pour leur expliquer comment il veut redresser la France. […]Hollande doit fixer le cap et rassurer sur sa méthode.

mais également sur certains dossiers, qu’il juge clairement non prioritaire. 

Ainsi du droit de vote des étrangers :

Il faut [accorder le droit de vote des étrangers aux élections locales] si on peut la faire …Mais à ce jour, il n’y a pas de majorité pour.Il ne faut pas en faire un psychodrame national !

Le 15 octobre, un autre sénateur socialiste, Gérard Collomb, regrettait, comme Le Lab vous le racontait, l’impression de "zigzag et de tâtonnement" donnée par le gouvernement en matière "de choix économiques".

En mai, quelques jours après l'annonce de la composition du gouvernement, François Rebsamen avait assuré, dans une interview pleine de trémolos, que le président de la République avait tenté, en vain, de le convaincre de rentrer au gouvernement.

André Vallini, de son côté, était l’un des prétendants les plus souvent cités au ministère de la Justice, dont il a finalement été écarté au profit de Christiane Taubira, comme Le Mondele racontait, le 17 mai, dans une galerie de portraits des "pressentis [qui] n’entrent finalement pas au gouvernement".

 

Du rab sur le Lab