Après l’attentat en Isère, Marine Le Pen veut expulser "l’ensemble des étrangers suspectés de fondamentalisme islamiste"

Publié à 12h36, le 26 juin 2015 , Modifié à 12h37, le 26 juin 2015

Après l’attentat en Isère, Marine Le Pen veut expulser "l’ensemble des étrangers suspectés de fondamentalisme islamiste"
© FREDERICK FLORIN / AFP

Le Front national est sur la brèche. Moins de deux heures après l’attentat perpétré en Isère ce vendredi 26 juin, presque tout le parti frontiste a réagi. Tantôt pour fustiger d’emblée l’inaction du gouvernement, tantôt pour le qualifier de "complice". Marine Le Pen, elle, a aussitôt publié un communiqué pour demander, "immédiatement", des "mesures fermes et fortes" afin de "terrasser l’islamisme".

La présidente du FN demande, outre sa récurrente requête de "rétablir nos frontières nationales", que "l’ensemble des étrangers suspectés de fondamentalisme islamiste" soient "au plus vite expulsés du territoire nationale". Non pas "suspectés de terrorisme", mais bel et bien de "fondamentalisme".

L’eurodéputée souhaite également que soit "gelée" la construction de mosquées. Dans son viseur également, "l’esprit du 11 janvier". Elle écrit :

 

"

Les grandes déclarations doivent maintenant cesser. Les marches, les slogans et la communication émotionnelle doivent enfin laisser la place à l'action.

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus