Attentat déjoué: Henri Guaino juge qu'il y a "une sur-exploitation et une sur-dramatisation" de l'exécutif

Publié à 09h28, le 23 avril 2015 , Modifié à 09h28, le 23 avril 2015

Attentat déjoué: Henri Guaino juge qu'il y a "une sur-exploitation et une sur-dramatisation" de l'exécutif
Henri Guaino sur BFMTV le 23 avril 2015. © image BFMTV

RÉCUPÉRATION - Invité de BFMTV ce 23 avril, Henri Guaino juge que le Premier ministre et le président de la République "sur-exploitent" l'attaque déjouée d'un terroriste contre une ou deux églises. Il explique :

"

Je trouve qu’il y a une sur-exploitation et une sur-dramatisation qui crée une angoisse générale. Le Premier ministre n’a pas à venir commenter ce qui vient de se passer, le président de la République … il y a un rôle pour le ministre de l’Intérieur et puis pour les autres.



Je trouve que le Premier ministre et le président de la République en font trop. Je trouve que ce n’est pas une bonne chose de les voir tout le temps devant les micros pour commenter.

"

Alors que Jean-Jacques Bourdin lui demande si "il y a une exploitation de ce qui aurait pu se passer à des fins politiques", Henri Guaino répond immédiatement "oui". Et d'ajouter que tous les dirigeants politiques ont cette tendance de nos jours:

 

"

Oui, d’abord c’est le monde dans lequel nous vivons. Les gouvernants ne peuvent pas s’empêcher. Et je crois que ce n’est ce n’est pas une bonne chose, ça use la parole politique, ça ne permet pas de gérer correctement le climat, plus ce climat est angoissant plus on a du mal à assurer la sécurité du pays. Le but n’est pas que tout le monde ait peur de tout le monde.

"

Invité en parallèle sur France Inter, Manuel Valls a quant à lui assuré qu'il n'y avait aucun lien entre la communication sur cet éventuel attentat et le projet de loi renseignement en débat. Il a également fait savoir que cinq attentats avaient déjà été "déjoués" en France depuis janvier.

Du rab sur le Lab

PlusPlus