Avec Macron et LREM, François Patriat tient une "revanche" sur "l'appareil socialiste" qu'il "déteste"

Publié à 11h08, le 08 août 2017 , Modifié à 11h11, le 08 août 2017

Avec Macron et LREM, François Patriat tient une "revanche" sur "l'appareil socialiste" qu'il "déteste"
François Patriat © AFP
Image Etienne Baldit


PAYBACK - Il est l'un des premiers et plus fervents macronistes. "En totale admiration" devant le président de la République, le sénateur ex-PS François Patriat met sa pierre à l'édifice de La République en Marche, notamment en constituant le groupe LREM au Sénat. Et il semble sincèrement subjugué par l'homme et convaincu par son discours politique. Mais l'élu de la Côte d'Or savoure aussi l'avènement macronien... car il lui permet de faire la nique à son ancienne formation politique, celle dont il était membre depuis plus de 40 ans.

Dans un portrait que lui consacre Le JDD mardi 8 août, François Patriat revient avec une certaine amertume sur ses années au PS. "Je n'ai jamais perdu mon temps dans les bureaux nationaux et les congrès. Moi, je déteste l'appareil socialiste", glisse-t-il d'abord. Avant d'admettre, au sujet de son statut d'élu local d'importance non-représenté dans les instances dirigeantes solfériniennes :

J'étais victime d'une forme de sarcasme, parfois de condescendance. C'est pour moi une forme de revanche.

Une petite victoire personnelle pas forcément dans la ligne de l'intérêt commun et de la "bienveillance" tant vantée par Emmanuel Macron et ses troupes pendant la campagne... Cette même "bienveillance" que le même François Patriat mettait pourtant récemment en avant avec force ironie lorsque Stéphane Le Foll, grognard hollandais en chef, lui rappelait ce qu'il devait au PS.

Entre (ex) socialistes, l'heure des comptes sonne toujours.





À LIRE SUR LE LAB :

Baisse des APL : proche de Macron, François Patriat reconnaît que la méthode "n’était pas très adroite"

Du rab sur le Lab

PlusPlus