Caroline de Haas, fondatrice d'Osez le féminisme, quitte le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem

Publié à 13h57, le 17 mai 2013 , Modifié à 10h46, le 18 mai 2013

Caroline de Haas, fondatrice d'Osez le féminisme, quitte le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem
PHOTOPQR/LA MONTAGNE /MAXPPP
Image Le Lab

Par Michael Bloch pour

La Fondatrice de l'association, Osez le féminisme, Caroline de Haas, conseillère en charge des politiques féministes, quitte ce 17 mai le cabinet du ministère du droit des femmes. Elle sera remplacée par Fanny Jaffray. qui était déjà chargée de mission au cabinet de la ministre des droits des femmes. 

Cette information a été confirmée au Lab par le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem, suite à plusieurs tweets dont celui de Thalia Breton, ancienne porte-parole de l'association "Osez le féminisme".

#FF @carolinedehaas qui quitte aujourd'hui le cabinet du @mddfemmes : un merci infini pour tout son engagement qui change la vie des femmes.

— Thalia BRETON (@thaliabreton) 17 mai 2013


Dans la foulée, Caroline de Haas a, elle-même, "tweetpické" son départ

Dernier jour au cabinet du @mddfemmes. Le mouvement, c'est maintenant ! twitter.com/carolinedehaas…

— Caroline De Haas (@carolinedehaas) 17 mai 2013


Contacté par le Lab, le cabinet de Najat Vallaud-Belkacem explique qu'il s'agit d'un mouvement "prévu depuis plusieurs semaines"

[Il a] été présenté à toutes les associations et préparé comme il se doit. (...) La ministre aura l’occasion de remercier Caroline ce soir d’avoir accepté de faire partie de l’aventure et d’y avoir mis à profit ses qualités immenses et ses convictions fortes, y compris pour développer le combat féministe dans l’ensemble des administrations.

Le cabinet de Vallaud-Belkacem assure également que Caroline de Haas continuera à être "écoutée", malgré son départ.

Ses avis et ses propositions continueront bien sûr à être très écoutés par notre Ministre comme elles le sont par toutes les féministes engagées de notre pays. Plus personne ne doute que l’émergence d’une nouvelle génération de féministes a permis à ce combat de rebondir et d’engranger de nouveaux succès.

Caroline de Haas avait notamment mis sur pied la "session de sensibilisation au sexisme" auprès des ministres du gouvernement. Une formation pas forcèment inutile pour certains ministres .

Le ministre de l'Agriculture Stéphane Le Foll avait, par exemple, assuré à l'Express, en octobre 2012, dans un article consacré à cette formation, que la parité est "un sujet auquel [il a] pensé en constituant son cabinet", tout en lâchant cette phrase malheureuse:

J'ai tenté de promouvoir des femmes au maximum, bien que nos dossiers soient très techniques.

Du rab sur le Lab

PlusPlus