Élu député, François Ruffin annonce qu’il se paiera au Smic

Publié à 11h09, le 19 juin 2017 , Modifié à 11h23, le 19 juin 2017

Élu député, François Ruffin annonce qu’il se paiera au Smic
© FRANCOIS LO PRESTI / AFP
Image Victor Dhollande-Monnier


A peine élu dans la 1ère circonscription de la Somme, François Ruffin va appliquer une de ses promesses de campagne. Invité de RTL ce lundi 19 juin, le candidat de La France insoumise (LFI) annonce qu'il se paiera au Smic, réservant le reste de ses revenus "à des œuvres".

Parlant de son élection comme d'un "miracle", le réalisateur de "Merci patron !", estime que "c'est le travail de terrain qui a payé". Interrogé sur ses engagements de campagne, François Ruffin s'est montré très clair : 

- Journaliste : Vous vous paierez au smic comme vous l’avez annoncé ? 
 
 - François Ruffin : Tout à fait. J’ai pris trois engagements auprès des électeurs parce que je savais très bien qu’on ne serait pas dans une Assemblée nationale où ça serait mes lois, nos lois qui passeraient. On serait en situation d’opposition donc j’ai proposé trois lois à mes électeurs que je m’appliquerai à moi-même pour montrer qu’on pouvait faire de la politique différemment : me payer au Smic, avoir un mandat révocable si 25% des électeurs inscrits dans ma circonscription souhaitent que je dégage et je ferai gérer mes réserves parlementaires, c’est-à-dire 140.000 euros par an, par un jury populaire tiré au sort. 

Concernant la réserve parlementaire, François Ruffin n'aura peut-être pas à la "faire gérer par un jury populaire". Et pour cause, le projet de loi de moralisation de la vie publique présenté par François Bayrou prévoit de supprimer cette réserve, pour éviter "les risques de dérive clientéliste". 90 millions d'euros sont versés chaque année aux députés, 56 millions aux sénateurs. "Le montant correspondant à l'actuelle réserve parlementaire dotera, dans la prochaine loi de finance, un fond d'action pour les territoires, notamment ruraux, les petites communes, et les projets d'intérêt général", avait annoncé le garde des Sceaux le 1er juin dernier.  

Par ailleurs, François Ruffin a assuré que la "discipline de groupe, ce n'était pas pour lui". Investi par La France insoumise de Jean-Luc Mélenchon mais sans avoir signé la charte d'engagements prévoyant entre autres la discipline de vote, le candidat de "Picardie Debout" a expliqué qu'il voterait "en son âme et conscience, en toute indépendance". Et d'ajouter : "Je pense qu'il n'y a pas besoin de discipline quand on est d'accord sur l'essentiel". 

Du rab sur le Lab

PlusPlus