Face aux affaires de pédophilie dans l'Église, l'élu FN Wallerand de Saint Just se dit "capable de prendre un fusil"

Publié à 21h16, le 10 mars 2016 , Modifié à 21h54, le 10 mars 2016

Face aux affaires de pédophilie dans l'Église, l'élu FN Wallerand de Saint Just se dit "capable de prendre un fusil"
Wallerand de Saint Just © FRED DUFOUR / AFP
Image Sylvain Chazot


FNRA – Wallerand de Saint Just est extrêmement choqué par l'affaire de pédophilie à Lyon qui déchire actuellement l'Église française. Invité de LCP ce jeudi 10 mars pour un débat sur ce sujet, l'élu FN d'Île-de-France oublie un instant son rôle de responsable politique. Et, alors que le rédacteur en chef de Famille Chrétienne Samuel Pruvot se dit évidemment "secoué par les affaires dont on parle parce qu'on imagine comme père de famille…", l'ancien avocat du FN ne peut s'empêcher d'ajouter ce commentaire :

Je suis capable de prendre un fusil moi.

Un instant isolé par Le Lab à voir en vidéo ci-dessous :





Le conseiller régional d'Île-de-France estime pour sa part que "devant des faits prouvés, la réaction de l'Église et la réaction de la justice doit être extrêmement brutale". Il faut, selon lui, "dissuader parce qu'il y aura toujours des enfants, il y aura toujours des éducateurs, il y aura toujours des prêtres, il y aura toujours des hommes au contact d'enfants, de garçons".

Wallerand de Saint Just s'insurge également contre le silence de l'archevêque de Lyon. L'élu frontiste estime que "le cardinal Barbarin, s'il a bien été en face d'un prêtre qui lui a dit la vérité et qui a reconnu les faits devants lui en 2007, 2008, il aurait dû aller voir la justice". 

Fin janvier, le prêtre Bernard Preynat a été mis en examen pour "agressions sexuelles et viols sur mineurs de 15 ans par personne ayant autorité" concernant quatre victimes "pour des faits susceptibles de s'étaler de 1986 à fin 1991". L'archevêque de Lyon, le cardinal Barbarin, a été mis au courant des faits vers 2007, 2008 mais n'a pas prévenu les autorités.

Du rab sur le Lab

PlusPlus