Florian Philippot annonce qu'il quitte le FN

Publié à 07h41, le 21 septembre 2017 , Modifié à 09h43, le 21 septembre 2017

Florian Philippot annonce qu'il quitte le FN
Florian Philippot © Capture d'écran France 2
Image Sylvain Chazot


Florian Philipot a pris sa décision. Ce jeudi 21 septembre sur France 2, il annonce qu'il quitte le FN. C'est la conséquence du conflit engagé entre la présidente du parti Marine Le Pen et son numéro 2 depuis les échecs de la présidentielle et des législatives. Invité de 4 Vérités, il lance :

On m'a dit que j'étais vice-président à rien. Je n'ai pas le goût du ridicule ni de ne rien faire : donc bien sûr, je quitte le Front national.

À voir ci-dessous en vidéo : 





Mercredi, Marine Le Pen avait annoncé qu'elle maintenait Florian Philippot au poste de vice-président du FN, tout en lui retirant sa délégation à la stratégie et à la communication. En gros, l'eurodéputé restait vice-président, mais il ne servait plus à rien. Une demi-sanction, car la présidente du parti n'allait pas jusqu'à l'en exclure.

La Croix de Loraine en boutonnière, Florian Philippot explique ne pas avoir informé Marine Le Pen de sa décision. Il parle d"un gâchis" et assure n'avoir aucune rancœur.".

De la déception bien sûr. De la tristesse très certainement. Mais le combat pour la France doit se poursuivre.

La question de l'avenir du désormais ex-frontiste se pose. Part-il seul ? "J'ai beaucoup d'amis au Front national", assure-t-il. Dans la foulée, Sophie Montel, conseillère régionale de Bourgogne-Franche-Comté, a elle aussi annoncé qu'elle quittait le parti





#



[BONUS TRACK] Non-inscrit avec Jean-Marie Le Pen

Mais, mais, mais... que va devenir Florian Philippot au Parlement européen maintenant qu'il a quitté le FN ? Il devrait rejoindre les rangs des non-inscrits parmi lesquels figure un certain... Jean-Marie Le Pen. Ennemi de Florian Philippot au FN avant d'en être viré (même s'il est toujours président d'honneur), Jean-Marie Le Pen va donc voir le désormais ex-frontiste venir siéger avec lui. Une sacré ironie du sort, comme l'a repéré Béatrice Houchard de L'Opinion.  

Du rab sur le Lab

PlusPlus