Gilbert Collard explique qu'au FN, "Florian Philippot ne décide rien"

Publié à 09h43, le 01 septembre 2016 , Modifié à 11h37, le 01 septembre 2016

Gilbert Collard explique qu'au FN, "Florian Philippot ne décide rien"
Florian Philippot © JOEL SAGET / AFP

Gilbert Collard aime Marine Le Pen, qu'il appelle d'ailleurs simplement "Marine", sans "Le Pen". C'est beau, "Marine" : lorsqu'il prononce ces deux syllabes, le député RBM du Gard a les yeux qui brillent. On pourrait même y apercevoir une flamme si ce symbole n'était pas connoté du côté de l'extrême droite.

Invité de FranceInfo: ce jeudi 1er septembre, l'élu tresse de nombreux lauriers à la présidente du Front national. Et "Marine" par-ci, et "Marine" par-là. Et quand on lui fait remarquer qu'il ne prononce que le prénom et omet le nom, sans doute parce qu'il renvoie à un passé que la présidente frontiste voudrait oublier, Gilbert Collard s'emballe. "J'aime beaucoup plus Marine que Le Pen", dit-il, accolant au patronyme une dimension jusqu'ici insoupçonnée. "Marine, Marie, Marianne, il y a tellement de signifiants républicains et religieux là-dedans que je m'y laisse facilement attirer", dit l'élu, oubliant qu'en réalité la présidente du FN s'appelle Marion Anne Perrine [Le Pen].

L'avocat, en revanche, aime un peu moins Florian Philippot. Mais l'élu se charge de remettre le n°2 du FN à sa place, à savoir en-dessous de Marine Le Pen et au même niveau que de nombreux autres au sein du parti frontiste. Alors qu'il est interrogé sur les méthodes de confection du programme présidentiel du FN, Gilbert Collard détaille le rôle joué par le vice-président :

"

-          Gilbert Collard : On a des réunions de travail qui sont sectorisées en quelque sorte : l'économie, la justice, le droit du travail…



-          Gilles Bornstein : Et à la fin, Philippot décide.



-          Gilbert Collard : Pardon ?



-          Gilles Bornstein : Et à la fin, Philippot décide.



-          Jean-Michel Aphatie : Florian Philippot.



-          Gilbert Collard : Alors là, pour le coup, le prénom est important… Non, contrairement à ce que tout le monde croit, Florian Philippot ne décide rien.



-          Jean-Michel Aphatie : Il sera content de l'apprendre [rires].



-          Gilbert Collard : Mais il le sait.



-          Jean-Michel Aphatie : Ah, il le sait ?



-          Gilbert Collard : Florian Philippot, c'est l'homme qui dit ce que Marine [Le Pen] souhaite que l'on dise, comme moi quand je suis en adhésion avec elle et j'y suis à 99%.



-          Jean-Michel Aphatie : C'est un collaborateur ?



-          Gilbert Collard : C'est un collaborateur.

"

Et Gilbert Collard de rappeler que, si Florian Philippot est présenté comme "le vice-président du FN", ce qu'il est, il n'est cependant pas le seul à occuper ce poste au sein du parti d'extrême droite. Si l'on croit qu'il est l'unique, c'est juste parce que l'homme est (vraiment très) présent dans les médias. Le député du Gard met ainsi en avant une "qualité" que Florian Philippot possède, contrairement à lui :  

 

"

Il se lève tôt le matin. […] Il se lève très tôt mais il n'aime pas ça, il me l'a dit. Florian Philippot, s'il y a une matinale, il arrive. Moi si j'ai une matinale… pfff… bon je viens en service commandé mais je préfère… Voilà, il est disponible.

"

Disponible ou simplement désireux de multiplier les passages médias ? Selon le décompte du Lab, Florian Philippot avait participé à 65 matinales au cours de l'année 2015, soit plus d'un passage par semaine.

Gilbert Collard conclut en expliquant comment les choses se passent vraiment au FN :

"

C'est Marine [le Pen] qui décide. Il faut arrêter de croire que c'est Florian Philippot qui déciderait. Il ne dit et ne fait que ce que Marine [Le Pen] lui dit de dire et de faire.

 

"

Ce qui laisse peu, au final, de marge de manœuvre. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus