Gilbert Collard justifie l'outrage à agent de son épouse : "on a été piégé par une contrôleuse de Sud Rail"

Publié à 09h31, le 10 juillet 2013 , Modifié à 09h43, le 10 juillet 2013

Gilbert Collard justifie l'outrage à agent de son épouse : "on a été piégé par une contrôleuse de Sud Rail"
Gilbert Collard sur i>TELE le 10 juillet 2013 (image i>TELE)

Le 4 juillet, l'épouse - et collaboratrice parlementaire - de Gilbert Collard était condamnée à une amende de 1.000 euros pour outrage à un agent de la SNCF. Anne-Marie Collard a en effet été reconnue coupable d'avoir lancé à la contrôleuse qui la verbalisait dans un train Marseille-Nîmes, en janvier 2011 :

"

Elle est en colère parce qu’elle ne va pas se faire baiser ce soir. (..)

Faites votre boulot de larbin.

"

Invité de i>TÉLÉ ce 10 juillet, Gilbert Collard - qui, malgré son statut de seul témoin de la scène, n'était pas présent lors du procès - a justifié cette "altercation". A l'entendre, le ton est monté entre le couple et l'employée car celle-ci était ... syndiquée chez Sud Rail, organisation marquée très à gauche à la SNCF.

"

On a été piégé… j’ai eu affaire à une contrôleuse qui était à Sud Rail et moi je suis en guerre avec Sud Rail.

"

Détenteurs de billets non compostés, les époux Collard ont été verbalisés le 24 janvier 2011. Anne-Marie Collard, détentrice d'une carte de réduction sans photographie, n'avait pas non plus été en mesure de justifier de son identité. D'où les insultes.

Anne-Marie Collard a démenti durant l'audience, parlant de "faits travestis". Elle a également estimé que la contrôleuse avait sciemment exagéré en verbalisant leur infraction :

"

Je pense qu’elle a reconnu mon mari. Cela l’a peut-être amusée. Mon mari ne laisse pas les gens indifférents.

"

C'est en août 2011, sept mois après l'incident, que l'avocat a annoncé qu'il présiderait le comité de soutien de Marine Le Penà l'élection présidentielle, faisant ainsi son entrée en politique.

Sur i>TÉLÉ ce mercredi, le député du Gard s'est demandé si son épouse allait faire appel de cette condamnation ou "rejoindre la famille des grandes victimes", la comparant ironiquement à "Bouddha". Et a conclu :

"

Drôle de justice ...

"

Du rab sur le Lab

PlusPlus