Jacques Bompard propose de supprimer l'enseignement de langue et de culture d'origine

Publié à 20h37, le 22 septembre 2015 , Modifié à 21h41, le 22 septembre 2015

Jacques Bompard propose de supprimer l'enseignement de langue et de culture d'origine
© ANNE-CHRISTINE POUJOULAT / AFP

C'est un habitué. Jacques Bompard, député d'extrême-droite, ex Front national, a proposé le 15 septembre une nouvelle proposition de loi : supprimer des enseignements de langue et de culture d’origine, appelés ELCO. Ceux-ci sont issus d'une directive européenne de 1977 qui visait à scolariser les enfants des travailleurs migrants. Ces enseignements concernent neuf pays : l'Algérie, la Croatie, l'Espagne, l'Italie, le Maroc, le Portugal, la Serbie, la Tunisie et la Turquie.

Et ça, Jacques Bompard n'en veut plus. Dans sa proposition de loi, il écrit :

La France est victime d’un phénomène de grand remplacement qui met gravement en danger la nature et le futur de notre civilisation. Contrairement à ce que les bons esprits s’échinent à répéter, la submersion migratoire du peuple français n’est ni une chance, ni un espoir pour le futur de notre pays. 

Un terme de "grand remplacement" déjà employé par le même Bompard en février dernier dans une autre proposition de loi. Il justifie ainsi cette proposition :

Ce dispositif, trait légal d’une culture de la haine de soi et du refus de l’assimilation, ne correspond plus ni à un état social rendant cette dépense acceptable, ni à un projet national de promotion des trésors de la langue française. Il est issu d’une initiative, à tout le moins idéaliste, de l’Union européenne qui voulut promouvoir l’enseignement de la langue des pays d’accueil pour les immigrés et enfants d’immigrés en 1977. [...]



Force est de constater que la situation française n’est plus en mesure de supporter la dictature du communautarisme du fait du rejet grandissant du grand remplacement de notre population.

 

Expliquant que ces enseignements sont désormais disponibles pour tous les élèves, il développe une théorie selon laquelle "une véritable assimilation à l’envers" serait en cours dans différents établissements. Il conclut son texte en mettant de nouveau en avant "le grand remplacement" :

Alors que l’immigration massive, légale et illégale, n’en finit plus de tendre la société française, que le phénomène de grand remplacement met dangereusement en cause notre équilibre identitaire, social et économique, la promotion du communautarisme dans les classes primaires n’est plus acceptable. Ces dispositions, prises par décret, demandent des éclaircissements du code de l’éducation.

Comme l'expliquait le JDD en mars dernier, près de 92.500 élèves dont 87.000 dans le primaire suivent cet enseignement, principalement en arabe et en turc. Le journal révélait également les doutes du Haut Conseil à l'intégration (HCI) concernant cet enseignement. Une instance supprimée depuis, remplacée sur ce thème par l'Observatoire de la laïcité. 

Quant à Jacques Bompard, il est l'auteur de propositions hétéroclites comme celle où il préconisait de faire écouter le coeur du foetus aux femmes souhaitant faire une IVG





A LIRE SUR LE LAB :

Jacques Bompard (ex-FN) veut faire écouter le cœur du fœtus aux femmes avant une IVG

Jacques Bompard s'indigne du refus d'asile pour Julian Assange en attaquant les Femen

Du rab sur le Lab

PlusPlus