Jean-Vincent Placé: "On a peut-être donné l'image d'une chasse aux portefeuilles"

Publié à 09h49, le 10 mai 2012 , Modifié à 09h56, le 10 mai 2012

Jean-Vincent Placé: "On a peut-être donné l'image d'une chasse aux portefeuilles"
Jean-Vincent Placé sur RTL le 10 mai 2012 (capture d'écran)

Les membres d'Europe Ecologie-Les Verts sont-ils partis à la chasse aux portefeuilles? En tout cas, c'est l'image qu'ils renvoient, de l'aveu même de Jean-Vincent Placé ce 10 mai sur RTL.

Cécile Duflot, Eva Joly, Yannick Jadot… Les écologistes font savoir ces jours-ci leur volonté d’entrer au gouvernement et étalent leur CV dans les médias. Ce 10 mai, le sénateur de l’Essonne fait donc un mea culpa auprès des "élus, des électeurs et des militants écologistes qui pourraient penser que nous passons notre journée à courir après des postes".

  1. "Je présente mes excuses aux élus, aux électeurs, aux militants"

    Sur rtl.fr

    "

    Probablement que certains camarades, y compris moi-même, avons pu prêter le flanc ces derniers jours.

    Effectivement, nous nous sommes un peu cornérisés en donnant un image de chasse au portefeuille, on en a trop fait et d'ailleurs je présente mes excuses aux élus, aux électeurs et aux militants écologistes qui pourraient penser que nous passons nos journées à courrir après François Hollande.

    "

    Mea culpa en règle de Jean-Vincent Placé ce 10 mai sur RTL. Depuis la victoire du candidat socialiste, certains membres d'Europe Ecologie-Les Verts sont pressentis à des postes gouvernementaux, notamment Cécile Duflot qui a posé ses conditions sur BFM TV le 9 mai.

    Selon Le Figaro, Eva Joly se voit très bien "ministre déléguée ou éventuellement commissaire chargée de la réforme financière". Ca aurait de "l'allure" confiait-elle au micro de France Inter le 9 mai.

    Jean-Vincent Placé, quant à lui, a eu tendance ces derniers jours à suivre François Hollande à la trace. Ce qui n'a pas manqué d'agacer Arnaud Montebourg ou Daniel Cohn-Bendit.

    Bref, autant d'éléments qui donnent l'impression pour les écolo "d'aller à la soupe", ce que réalise très bien le sénateur de l'Essonne:

    "

    Je dis à la fois le ras-le-bol et le mea culpa. Cette image là n’est pas bonne et caricaturée.

    "

Du rab sur le Lab

PlusPlus