Journalistes interdits de parler aux militants FN à un meeting : la réponse bidon de Marine Le Pen

Publié à 10h58, le 04 mai 2017 , Modifié à 11h02, le 04 mai 2017

Journalistes interdits de parler aux militants FN à un meeting : la réponse bidon de Marine Le Pen

Le FN n’apprécie pas du tout certains médias et journalistes et ne s’en cache pas. Mediapart et l'émission Quotidien diffusée sur TMC se sont ainsi vu refuser l'accréditation pour le grand meeting d'avant second tour de Marine Le Pen et Nicolas Dupont-Aignan à Villepinte, lundi 1er mai. Ce jour-là, le FN avait même interdit à certains médias de parler à des militants. Des journalistes avaient donc été contraints de rester à l’intérieur de l’espace presse, bien loin de la scène, sous peine… de perdre leur accréditation.

Plusieurs journalistes, du Monde, de 20 Minutes ou de l’Express ont rapporté cette interdiction. Cela n’a pas empêché Marine Le Pen de contester totalement ces faits, ce jeudi 4 mai sur RMC et BFMTV. Voilà ce que la candidate du FN a répondu quand le journaliste Jean-Jacques Bourdin lui a demandé "pourquoi il est interdit de poser des questions à des militants ou sympathisants dans certains de vos meetings ?"

 

"

- Marine Le Pen : Tout cela est faux. Il y a des pools dans une campagne présidentielle, c’est-à-dire qu’on prend un journaliste de la radio, de la télé, de la presse écrite et en réalité ils servent de relais.



- Journaliste : Ce que vous dites est faux Marine Le Pen.



- Marine Le Pen : Je suis allé faire une balade dans un bateau de pêche. Si je permets à tout le monde de venir, on est 500 sur le bateau de pêche car il n’y a pas que les médias français, il y a aussi tous les médias internationaux.



- Journaliste : Je ne vous parle pas de bateau de pêche, vous le savez très bien.



- Marine Le Pen : Il faut régler, organiser, la présence de la presse et honnêtement cette critique a été formulée avec une particulière mauvaise foi.

"

Et en matière de mauvaise foi, Marine Le Pen sait de quoi elle parle. La responsable frontiste répond donc totalement à côté de la plaque à la question du journaliste portant sur un cas précis, l’interdiction faite aux journalistes de faire leur travail lors d’un meeting, celui de Villepinte. La députée européenne du FN a préféré botter en touche en parlant d’un déplacement à la rencontre des pêcheurs, le 27 avril, au Grau-du-Roi (Gard). Aucun rapport.

Les meetings des différents candidats ne sont en revanche pas "poolés" : tous les journalistes peuvent les couvrir et interroger librement les militants et sympathisants présents. Voilà pour la théorie. Car dans la pratique, donc, le FN ne l’entend pas de la même façon.

Marine Le Pen est aussi revenue sur l’interdiction faite à Mediapart et à Quotidien de couvrir ses déplacements. "Ça fait 5 ans que Mediapart et le Quotidien (sic) sont interdits. Je vais vous dire pourquoi, tiens, merci de me donner la possibilité de le faire. Il y a cinq ans Mediapart a dit 'nous accueillerons tous les candidats à la présidentielle sauf Marine Le Pen’ et ce jour-là, j’ai dit 'j’accueillerai tous les journalistes sauf Mediapart'".

Du rab sur le Lab

PlusPlus