L’extrême-droite va tenir colloque, lundi 28 janvier, à l’Assemblée nationale

Publié à 12h49, le 25 janvier 2013 , Modifié à 12h49, le 25 janvier 2013

L’extrême-droite va tenir colloque, lundi 28 janvier, à l’Assemblée nationale
Paul-Marie Coûteaux et Jacques Bompard. (montage via Maxppp)

"France, qu’as-tu fait de tes libertés ?" Cette question est l’intitulé du colloque organisé le 28 janvier à l’Assemblée nationale par le député d’extrême-droite Jacques Bompard et par Paul-Marie Coûteaux, proche de Marine Le Pen, président du SIEL et administrateur du Rassemblement bleu marine.

 

  1. "Des soucis avec le bureau des questeurs"

    A l’initiative de ce colloque se trouve essentiellement Paul-Marie Coûteaux, un proche de Marine Le Pen qui l’a rejoint durant la campagne présidentielle en créant son parti, le SIEL. Et parallèlement directeur des Cahiers de l’Indépendance, une revue trimestrielle qui se présente comme une "revue de la politique et de la pensée françaises ouverte aux souverainistes de tous horizons". 

    C’est lui qui a ainsi demandé au député et maire d’Orange, président de La Ligue du Sud, Jacques Bompard, d’organiser cet événement dans les murs du Palais Bourbon et de lui servir de prête-nom pour ce colloque. 

    "La présence des parlementaires confère ainsi aux colloques un label officiel, gage de sérieux des travaux et de visibilité médiatique", écrivait Jean Gicquel, lorsqu’il était déontologue de l’Assemblée nationale, dans un rapport.

    "On a eu quelques soucis avec le bureau des questeurs", explique au Lab le secrétariat du SIEL. Une information confirmée par Jacques Bompard, qui a fait la demande de salle et porte le projet en tant que député :

    "

    La questure nous a accordé une salle puis refusé. Puis de nouveau accordé. On vit dans un drôle de monde.

    Mais c’est l’ancien règlement qui posait problème car, en tant que non-inscrit, il fallait que j’obtienne la tutelle d’un groupe parlementaire pour réserver une salle.

    "

    Car l’organisation de colloques dans l’enceinte de l’Assemblée nationale n’est pas régie par le règlement du Palais Bourbon. Seul le rapport du déontologue prévoit ainsi les modalités fixées par le bureau des questeurs et dans lesquelles sont organisés ces colloques :

    "

    En novembre 2001, le Collège des Questeurs a décidé qu’il serait désormais demandé aux organisateurs de colloques de fournir à l’appui de leur demande de réservation de salle, un plan de financement de la  manifestation, avec les noms des sponsors et le montant des sommes versées par eux.
    En outre, lors de sa réunion du 23 juillet 2008, le Collège des Questeurs a décidé de rappeler aux sociétés organisatrices de colloques l’interdiction de l’utilisation du logo de l’Assemblée nationale et de la mention "Assemblée nationale" sur les cartons d’invitation, et tous les documents liés aux colloques qui ne sont pas organisés par l’Assemblée nationale elle-même, sous peine de se voir interdire toute activité dans les locaux.

    "

    Ce souci logistico-réglementaire passé, le colloque du SIEL sera donc organisé le lundi 28 janvier salle Victor Hugo.

    L’objectif ? "Faire un brainstorming avec des gens de tous horizons", promet au Lab Jacques Bompard, qui ajoute :

    "

    Tous les courants de pensée de la droite seront présents. Ca rentre dans ma philosophie.

    "

    >> Les invités 

    Les différentes familles intellectuelles de la droite y seront réunies. Parmi les invités qui ont d’ores et déjà confirmé leur présence, même si le programme "est encore susceptible de modifications", figurent, entre autres et outre Jacques Bompard et Paul-Marie Coûteaux :

    - Gilles Lebreton, membre du FN.

    - François Bousquet, directeur de la rédaction d’un mensuel de la droite nationale, "Le choc du mois".

    - Abbé Pagès, prêtre du diocèse de Paris soutient la thèse que l’Islam est une hérésie et tient un blog intitulé "Islam et Vérité".

    - Xavier Lemoine, membre du Parti chrétien démocrate de Christine Boutin et partisan d’un rapprochement UMP/FN.

    - Charles Beigbeder, libéral, homme d’affaire membre de l’UMP et soutien de Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP.

    - Frigide Barjot, figure des opposants au mariage homosexuel.

    - Robert Ménard, ancien patron de Reporters sans Frontières, polémiste et aspirant politique

    >> Les thématiques au programme

    Parmi les thématiques qui seront abordées, selon le programme qu’a pu consulter le Lab, la notion de liberté tient une grande place :

    - "On a tué la liberté de la presse en France"

    - "Pourquoi laïcité et liberté religieuse n’ont rien à voir avec l’Islam"

    - "L’islamisation des entreprises contre la laïcité et la liberté de conscience"

    - "Défense de la langue française et francophonie"

    - "La liberté du contribuable"

    - "Libertés et identités locales"…

     

Du rab sur le Lab

PlusPlus