La boulette du FN en Ile-de-France qui évoque "l'indispensable réelle lutte contre l'égalité hommes/femmes"

Publié à 12h50, le 27 janvier 2017 , Modifié à 14h56, le 27 janvier 2017

La boulette du FN en Ile-de-France qui évoque "l'indispensable réelle lutte contre l'égalité hommes/femmes"
Wallerand de Saint-Just © MIGUEL MEDINA / AFP
Image Julien Chabrout


C’était le 7 novembre. Ce jour-là, Florian Philippot affirmait sur France 2 que le FN est un "mouvement féministe" et qu’il "défend les droits des femmes". Le vice-président du FN était interrogé sur le mouvement lancé par le collectif féministe Les Glorieuses appelant à un arrêt de travail des femmes pour protester contre les inégalités salariales entre les femmes et les hommes. "Une initiative très utile", soulignait Florian Philippot.

Mais certains responsables frontistes peuvent mettre à mal ce genre d’affirmation. En témoigne une proposition d’amendement au budget régional 2017 du groupe FN en Ile-de-France, signé par son président Wallerand de Saint-Just, proposant de couper les subventions au Centre Hubertine Auclert, un centre francilien pour l’égalité femmes-hommes.

Comme l’a indiqué l’association Osez le féminisme! ce vendredi 27 janvier sur Twitter, une grosse boulette s’est glissée dans l’exposé des motifs de cet amendement. On peut notamment y lire :

 



Il est évident que le financement régional à destination de ce Centre ne sert que les intérêts partisans d’une certaine gauche au détriment de l’indispensable réelle lutte contre l’égalité hommes/femmes.






Dans un communiqué, l’association Osez le féminisme! "‘remercie’ donc l’élu régional frontiste d’avoir, en 5 lignes, démontré que non, la ligne du FN sur l’égalité femmes-hommes n’a pas changé, et que le FN est et reste un parti opposé aux droits des femmes".

Joint par le Lab, Wallerand de Saint-Just insiste sur le fait que "cet amendement a été retiré" et n’a donc "pas été présenté". "Il n’a pas existé", souligne-t-il. Tout en refusant de faire un commentaire sur la formulation des motifs de cet amendement. Lapsus ou formulation sincère ? On ne le saura donc pas.

Sur Twitter, le conseiller régional FN d'Ile-de-France Aurélien Legrand a précisé "qu'il fallait bien entendu lire 'contre les violences faites aux femmes', nos interventions en séances le confirment". Encore un autre sujet.









[EDIT 14 H 55] Ajout du tweet d'Aurélien Legrand.

Du rab sur le Lab

PlusPlus