La réponse de Ségolène Royal à Bernard Minet des Musclés

Publié à 07h43, le 20 mars 2015 , Modifié à 07h50, le 20 mars 2015

La réponse de Ségolène Royal à Bernard Minet des Musclés
Bernard Minet, en train de faire trembler la République, et Ségolène Royal, pas très impressionnée. © images Génération Club Dorothée et Canal +

DROIT DE SUITE - Le Lab ayant été le premier à relayer l'analyse audacieuse de l'ancien des Musclés, Bernard Minet, sur la défaite de Ségolène Royal en 2007, un droit de suite s'impose. Le Petit Journal de Canal + s'est en effet chargé d'interroger la ministre de l’Écologie sur les affirmations de l'interprète de Bioman ou de La merguez partie, grand défenseur du Club Dorothée.

Et visiblement, la rancœur de Bernard Minet à son encontre ne la remue pas plus que ça. Voyez plutôt :



"C'est qui Bernard Minet ?". L'entourage de la ministre ne semble donc pas avoir jugé prioritaire d'avertir la ministre sur ce scandaaaaale. On vous réexplique le topo, rien que pour le plaisir.

En 1989, la jeune députée Ségolène Royal part en guerre contre le Club Dorothée et ses mangas japonais, trop violents à ses yeux. Elle publie un ouvrage intitulé Le ras-le-bol des bébés zappeurs et appelle les dirigeants de TF1 à changer de cap. Cette fronde, Bernard Minet, chanteur du groupe Les Musclés, ne l'a pas oubliée. Mieux, il estime aujourd'hui, dans une biographie publiée fin février, que la candidate à la présidentielle de 2007 a pu échouer ... à cause de sa position anti-Club Dorothée. Il écrit :

 

Pour moi, si Madame Royal a perdu les présidentielles de 2007, c'est en partie à cause de ce qu'elle a fait à Dorothée. J'en suis persuadé. C'est peut-être naïf mais l'explication m'amuse. Pendant les élections, j'ai vu défiler des centaines de messages sur Internet. Les témoignages concordaient. Beaucoup de gens disaient qu'ils ne voteraient jamais pour elle à cause de "tout ce qu'elle avait fait". Pour la majorité, elle était d'abord celle qui avait fait arrêter le Club Dorothée.

Des propos confirmés mi-mars lors d'une interview pour Génération Club Do et à revoir ici :

Du rab sur le Lab

PlusPlus