L’Assemblée vote la levée de l’immunité parlementaire de Gilbert Collard (après l’avoir maintenue en février)

Publié à 12h37, le 27 septembre 2017 , Modifié à 17h55, le 27 septembre 2017

L’Assemblée vote la levée de l’immunité parlementaire de Gilbert Collard (après l’avoir maintenue en février)
Gilbert Collard. © AFP
Image Sébastien Tronche


En février 2017, la justice a ouvert une enquête préliminaire après la diffusion par Marine Le Pen et Gilbert Collard de photos d’exactions de Daech. Mais, en février, l’Assemblée nationale précédente avait refusé de lever l’immunité parlementaire du député apparenté FN du Gard. Ce mercredi 27 septembre, la nouvelle Assemblée, élue en juin et à majorité macroniste, en a décidé autrement. Le bureau de la chambre basse a ainsi voté la levée de l’immunité parlementaire de l’élu proche du FN.

Selon BFMTV, ce vote a été effectué à l’unanimité du bureau – composé de 22 députés - moins un vote contre, celui de la députée de La France insoumise, Clémentine Autain. Auprès de l'AFP, l'élue LFI s'est expliquée, estimant que la majorité macroniste "joue avec le feu" en "remettant en cause de fait l'immunité parlementaire" :

Les députés Insoumis sont en désaccord total avec ce qu'a fait Gilbert Collard, que nous combattons politiquement de toutes nos forces. Mais le bureau ne statue pas sur le fond. Ce qui s'est joué ce matin est une remise en cause de fait de l'immunité parlementaire, dans des délais pas démocratiques (...) LREM joue avec le feu.

Sur Twitter, Gilbert Collard a réagi à la nouvelle de la levée de son immunité parlementaire :

La presse m'apprend que pour un tweet, l'Assemblée a levé mon immunité que l'ancienne n'avait pas levée : je les trouve ridicules !

La justice avait demandé à ce que cette immunité soit levée après que Gilbert Collard avait diffusé en décembre 2015 des photos de l'Etat islamique sur son compte Twitter. Après le refus de lever une première fois l’immunité parlementaire de l’élu, Claude Bartolone, qui présidait alors la chambre basse avait justifié cette décision :

Le rôle du bureau se limite à examiner si la demande qui lui est adressée par le juge est suffisamment précise sur les mesures envisagées au regard de l'atteinte à la liberté d'exercice du mandat qu'elles représentent. En l'espèce, le juge n'avait pas précisé dans sa requête les mesures envisagées à l'encontre de M. Gilbert Collard.

La présidence de l’Assemblée précisait à l’époque que "depuis 1995, il s'agit ainsi de la seule demande examinée par le bureau qui ne mentionne aucune mesure".

Lors de l'examen projet de loi antiterroriste, mercredi 27 septembre, Gilbert Collard a réagi à la levée de son immunité parlementaire. "Que c'est bon d'être populaire", a-t-il ironisé avant d'ajouter : 

Mes chers collègues, c'est sans mon immunité que je viens devant vous. Je le prends avec fierté et humour. Mais moi, je n'ai pas le cancer de la lâcheté, de la soumission, de la génuflexion, voyez-vous. Donc, je laisse ceux qui ont ce cancer à leurs soins et je suis très heureux de ne pas avoir cette immunité. Prenez garde quand même, prenez garde. Ce qui arrive à l'un peut arriver à l'autre. De toutes manières, il y aura, j'espère, un procès, et j'aurai l'honneur de faire citer bien des personnes [il répète en regardant certains députés dans l’hémicycle, ndlr] et on pourra s'expliquer frontalement si je puis dire. 

Retrouvez la réaction de Gilbert Collard isolée par Le Huff Post



[Edit 17h55] Réaction de Gilbert Collard 

Du rab sur le Lab

PlusPlus