Le Front national incite ses électeurs à quitter la Société générale et HSBC en représailles des fermetures de comptes

Publié à 12h39, le 22 novembre 2017 , Modifié à 16h54, le 22 novembre 2017

Le Front national incite ses électeurs à quitter la Société générale et HSBC en représailles des fermetures de comptes
Marine Le Pen © AFP
Image Etienne Baldit


Les comptes du FN à la Société générale clôturés à la demande de la banque. Celui, personnel, de Marine Le Pen également fermé par la HSBC. Révolté contre ce qu'il considère comme une atteinte à la démocratie et une "discrimination à raison des opinions politiques", le parti d'extrême droite entend porter plainte contre les deux établissements bancaires. Et encourage des mesures de rétorsion plus terre-à-terre.

Durant une conférence de presse mercredi 22 novembre au siège du FN à Nanterre, Marine Le Pen a ainsi flirté avec l'appel au boycott, invitant les "cadres" du parti, mais aussi "[ses] 11 millions d'électeurs, et plus généralement tous les Français [...] à tirer toutes les conséquences de cette fatwa bancaire".





La finaliste de la présidentielle ne prononce donc pas le mot "boycott" et n'appelle officiellement personne à quitter la Société générale ou la HSBC. Mais son propos ne peut pas être interprété de mille manières...

D'autres cadres du FN n'usent d'ailleurs pas de ces circonvolutions. Julien Odoul, président du groupe FN au conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté, a ainsi été beaucoup plus direct en usant, sur Twitter ce mercredi, du hashtag #JeQuitteLaSG et en appelant les électeurs frontistes à "se faire entendre et respecter". Déjà mardi, Louis Aliot, député frontiste et compagnon de Marine Le Pen, y allait d'un message plus que clair à ce sujet, trouvant "cocasse" l'idée de voir certains citoyens refuser "d'héberger la SG comme banque par souci de réciprocité".







Reste à savoir si ces déclarations, qui ressemblent donc très fort à un appel au boycott, peuvent ou non tomber sous le coup de la loi française, sujette à interprétation.





À LIRE SUR LE LAB :

Après la Société générale, Marine Le Pen annonce se faire également virer de la banque HSBC

Du rab sur le Lab

PlusPlus