Le juppéiste Maël de Calan, sixième candidat déclaré à la présidence de LR

Publié à 07h40, le 05 septembre 2017 , Modifié à 15h50, le 05 septembre 2017

Le juppéiste Maël de Calan, sixième candidat déclaré à la présidence de LR
Image Sébastien Tronche


Et de six. Après Laurence Sailliet, Daniel Fasquelle, Florence Portelli, Julien Aubert et Laurent Wauquiez, voilà qu’un nouveau candidat entre dans la danse pour la présidence de Les Républicains dont l’élection est prévue en décembre : le juppéiste Maël de Calan.

L’ex-porte-parole d’Alain Juppé préparait sa candidature depuis plusieurs semaines, elle est désormais officielle. Le conseiller départemental du Finistère l’a annoncé ce mardi 5 septembre dans les 4 Vérités sur France 2, affirmant vouloir "faire de la politique très différemment". 

En me présentant à la présidence de LR avec un collectif de nouveaux visages qui incarnent toutes les sensibilités du parti. 

Il poursuit, dénonçant "la vieille politique" et les élements de langage que l'on entend en boucle sur les plateaux télé et radio, et voulant "porter sur le fond les couleurs d’une droite ouverte et équilibrée" :

La droite peut intéresser les Français si elle est utile au lieu de s’opposer de mauvaise foi à ce que fait le gouvernement. Sur le fond, il y a différentes lignes qui vont s’affronter : celle d’une droite très clivante et intransigeante et celle d’une droite plus ouverte et plus équilibrée.

Comme l’écrit Le Figaro, Maël de Calan ne veut pas que sa candidature soit vue comme une manœuvre juppéiste, alors qu’Edouard Philippe a rejoint Emmanuel Macron pour devenir Premier ministre et que Virginie Calmels roule pour Laurent Wauquiez. "Je ne me mêlerai pas de l’élection à la présidence de LR. Je ne parraine aucun candidat", a tweeté Alain Juppé après le ralliement de sa première adjointe au favori du scrutin. Une sortie qui vaut également pour la candidature de Maël de Calan. "La démarche se veut générationnelle et devrait être présentée comme celle d’un collectif de trentenaires et de quadragénaires dont les membres sont issus de toutes les sensibilités du parti", analyse le quotidien.

Ainsi la candidature de Maël de Calan est soutenue, entre autres, par Jean-Baptiste de Froment, ancien conseiller de Nicolas Sarkozy et vice-président du groupe LR au conseil de Paris et par l’ex-soutien de Bruno Le Maire, le maire de Reims Arnaud Robinet. Et ce collectif va désormais s'attacher à récolter les signatures nécessaires de militants (2500) et de parlementaires (13) pour valider cette nouvelle candidature. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus