Le président des Jeunes de la Droite populaire, Pierre Gentillet, quitte Les Républicains

Publié à 18h35, le 14 octobre 2015 , Modifié à 11h36, le 15 octobre 2015

Le président des Jeunes de la Droite populaire, Pierre Gentillet, quitte Les Républicains
Pierre Gentillet © Capture Facebook

C'EST DÉCIDÉ JE PARS - Il en a ras-la-casquette. Pierre Gentillet, le président des Jeunes de la Droite populaire - cette mouvance de Les Républicains dirigée par Thierry Mariani et situé à droite de la droite - annonce via Facebook ce 14 octobre son départ du parti.

S'il dit avoir toujours autant d'estime pour son propre mouvement, il fait en revanche une critique acide de l'ex-UMP qu'il refuse de nommer Les Républicains, signe selon lui d'une "soumission morale et idéologique de la droite à la gauche". Pierre Gentillet ne se voit soutenir aucun candidat de son camp en vue de la présidentielle de 2017 :

"

Dans les candidats déclarés ou potentiels je ne vois aucun espoir. Se profile déjà un duel Juppé-Sarkozy, c'est dire si le choix est attrayant. Je ne veux pas soutenir un candidat tout en sachant très bien que l'un comme l'autre ne changera strictement rien aux problèmes principaux qui intéressent la France et les français que ce soit en matière d'immigration, de respect de notre identité, de sécurité, de souveraineté, de grandeur de la France.

"

Ces derniers mois, Pierre Gentillet a vu certains membres de la Droite populaire partir vers le FN, à l'image du responsable des Jeunes de l'Hérault ou de celui du Var. Lui-même avait été vu lors du réveillon de la Saint-Sylvestre avec des jeunes de l'UMP et des personnalités du FN et du FNJ. Il s'était également désespéré de voir les membres de son parti ne pas respecter le "ni-ni" lors des élections, à savoir un appel à ne voter ni à gauche ni à l'extrême droite lorsque cette configure se présente au second tour. Il avait alors menacé :

"

Si les cadres ne respectent pas la consigne, alors moi non plus, et je voterai FN et pas socialiste.

"

Pierre Gentillet tient cependant à préciser dans son post Facebook qu'il ne "quitte pas un parti pour un autre" :

"

Mon chemin s’arrête donc ici à l'UMP. Néanmoins tout ne s’arrête pas. Dans un avenir proche, je vais me concentrer sur des projets d'une toute autre nature. Je me retire donc temporairement de la vie politique.



Je ne pars nul part, je ne quitte pas mon parti pour un autre, en vue d'une place ou d'un poste. Que cela soit bien entendu.

"

Au FN, on confirme n'avoir reçu aucune demande d'adhésion du bientôt ex-président du mouvement de droite mais on ajoute en commentaire : "Il prend un peu de recul même si la vie est longue..."

Du côté des Jeunes Républicains, on se dit plutôt ravi de ce départ. Pierre Liscia, délégué national du mouvement jeune, réagit auprès du Lab :

 

"

Dommage, ça ne nous permet plus de le virer du coup ! C'était effectivement une discussion qui revenait assez régulièrement avant l'élection du nouveau bureau national des Jeunes Républicains en septembre, et on avait prévu de prendre une décision d'exclusion à l'occasion d'un Nième dérapage...

"

Des propos qui font doucement rigoler Pierre Gentillet, qui explique au Lab :

 

"

Le bureau des jeunes UMP ou républicains n'est pas habilité d'un pouvoir d'exclusion, donc ce qu'il dit est totalement fantasmé. Il s'agit simplement ici pour lui de se faire remarquer et d'exister. Monsieur Liscia parle de mes multiples sorites ou 'dérapages'. Je dis simplement qu'à choisir, je préfère faire carrière de mes provocations plutôt que de mes soumissions.

"

Des élections auront lieu, comme prévu, le 24 octobre pour trouver un nouveau président aux Jeunes de la Droite populaire.

 

Edit 21h30 avec réaction de Pierre Liscia.

Edit 15/10 11h30 avec réaction Pierre Gentillet.

Du rab sur le Lab

PlusPlus