Le PS passe à la trappe plusieurs propositions phares de Benoît Hamon dans sa "plateforme législative"

Publié à 20h13, le 05 mai 2017 , Modifié à 21h20, le 05 mai 2017

Le PS passe à la trappe plusieurs propositions phares de Benoît Hamon dans sa "plateforme législative"
© AFP
Image Julien Chabrout


Le Parti socialiste est pressé de tourner la page de la présidentielle après le score particulièrement décevant (6,35%) obtenu par le candidat socialiste Benoît Hamon au premier tour du scrutin, le 23 avril. Un peu trop, même. Désormais tourné vers les législatives, le PS a élaboré sa plateforme programmatique, sous la houlette du député de Seine-Maritime Guillaume Bachelay.

Paris Match s’est procuré ce vendredi 5 mai ce texte de trois pages intitulé "un contrat clair pour la France, une gauche constructive et solidaire", décliné en une vingtaine de propositions. Surprise : plusieurs propositions phares du programme présidentiel de Benoît Hamon ont disparu. C’est le cas du revenu universel d’existence, du 49-3 citoyen, de la reconnaissance du "burn out" comme maladie professionnelle ou encore de la sortie du diesel à l’horizon 2025 et de la sortie du nucléaire.

Le document du PS reprend en revanche plusieurs propositions d’Emmanuel Macron, comme "la suppression de la taxe d’habitation pour 80 % des foyers", alors que les socialistes avaient émis des réserves sur ce sujet durant la campagne.

Selon la porte-parole du PS Corinne Narassiguin contactée par l’AFP, cette "plateforme législative" reprend des éléments "consensuels" issus des "cahiers de la présidentielle" rédigés par le PS, et du programme de Benoît Hamon. Guillaume Balas ne partage pas ce point de vue. Joint par le Lab, le député européen socialiste proche de l’ex-candidat du PS estime pour sa part que ce programme "n’est pas au niveau" en matière de "densités des propositions". Il ajoute :



Il y a des appels du pied à Emmanuel Macron qui sont incompréhensibles. Ils ne correspondent en rien à ce qu’était la plateforme sur laquelle les socialistes se sont engagés, celle de Benoît Hamon. Nous souhaitons discuter de cette plateforme car il n’y a pas eu de changements substantiels malgré nos remarques. Je ne pensais pas que nous serions aussi faibles par rapport à Emmanuel Macron. Certains se disent sans doute ‘on va essayer de s’en sortir en étant gentil vis-à-vis de lui’.

Le PS lancera officiellement mardi sa campagne pour les législatives en réunissant à la Mutualité à Paris ses candidats, en présence du Premier ministre Bernard Cazeneuve qui doit la conduire. Une réunion du bureau national (BN) du parti, qui s’annonce donc houleuse, se tiendra au préalable dans la matinée. C’est à cette occasion que les membres du BN examineront une plateforme programmatique pas encore adoptée mais déjà décriée.

 

EN DIRECT - Suivez le second tour de la présidentielle entre Marine Le Pen et Emmanuel Macron dimanche 7 mai sur Europe1.fr

Du rab sur le Lab

PlusPlus