Le secrétaire général du FN Nicolas Bay explique que si Renaud vote François Fillon c'est parce qu'il est alcoolique

Publié à 09h02, le 04 avril 2016 , Modifié à 09h46, le 04 avril 2016

Le secrétaire général du FN Nicolas Bay explique que si Renaud vote François Fillon c'est parce qu'il est alcoolique
Nicolas Bay © CHARLY TRIBALLEAU / AFP
Image Sylvain Chazot


Lui, l'homme de gauche contestataire aime bien ce mec de droite. Le chanteur Renaud pourrait en effet voter François Fillon en 2017, a-t-il déclaré au JDD le dimanche 3 avril, décrivant l'ancien Premier ministre comme "un parfait honnête homme, un vrai républicain". Cela fait plaisir à l'intéressé qui, ce lundi sur France Info, a estimé que la chanson Toujours debout aurait pu être écrite pour lui.

Cet engouement soudain de l'auteur de Mistral gagnant peut surprendre. Et, de fait, il a surpris. Jean-Luc Mélenchon, par exemple. "Il y a une position plus intéressante du point de vue du progrès que de voter Fillon. Parce que quand on est Renaud, on ne vote pas Fillon", a-t-il déclaré au Grand Jury RTL / Le Figaro / LCI.

Ça, c'est pour l'analyse politique. Et puis il y a l'analyse de comptoir. Littéralement.

Dimanche, le secrétaire général du Front national Nicolas Bay a estimé que c'était sûrement la conséquence de son alcoolisme passé.



Interrogé à ce sujet ce lundi sur Sud Radio / Public Sénat, l'eurodéputé frontiste assume totalement :

C'était une boutade. Je crois que c'est intéressant de voir des espèces d'icônes de la gauche libertaire (qui) abandonnent totalement leur famille politique. On peut sourire. Je crois que Renaud a tenu des propos peu amènes à l'égard de Marine Le Pen et je crois qu'on a le droit de dire quand même de quelqu'un qui fait des volte-face et dont les interventions dans le débat politique sont quand même d'une assez grande médiocrité.

On résume : pour ce responsable politique, il est de bon aloi de se moquer de l'alcoolisme d'un artiste parce que, quand même, il n'a pas toujours été très sympa à l'égard d'une présidente de parti. Vu comme ça, évidemment…

Du rab sur le Lab

PlusPlus