Le surprenant argument de Wauquiez pour justifier l’installation d’une crèche de Noël dans le hall de la région

Publié à 06h59, le 15 décembre 2016 , Modifié à 06h59, le 15 décembre 2016

Le surprenant argument de Wauquiez pour justifier l’installation d’une crèche de Noël dans le hall de la région
Laurent Wauquiez. © AFP

A l’approche de Noël, il n’y a pas que la Syrie, la sortie au cinéma de Rogue One, un nouveau Star Wars, ou la primaire de la Belle alliance populaire, qui font l’actualité. Comme chaque année, c’est devenu un marronnier, les crèches de Noël s’invitent dans le débat politique.

En cette fin d’année 2016, c’est Laurent Wauquiez qui fait revenir le sujet sur le devant de la scène. Car pour la première fois, et l’initiative de son président, la région Auvergne-Rhône-Alpes a installé mercredi 14 décembre une crèche de 14 m² dans ses locaux, rapporte Le Point.

Face aux critiques de l’opposition, l’ancien patron de LR rétrogradé après la victoire à la primaire de François Fillon assume. Son cabinet fait ainsi savoir l’argumentation de Laurent Wauquiez pour défendre cette initiative – dont il avait déjà parlé lors d’un meeting de Nicolas Sarkozy :

"

Il s’agit de mettre en valeur le savoir-faire et le travail des artisans santonniers de la Drôme.

"

Il ne faut donc y voir rien de cultuel, rien de religieux. Ni aucune entorse à la laïcité. Même si l’argument de mise en avant des santonniers peut paraître surprenant comme justification première. Ce que note l’opposition de gauche.

Après les critiques du PRG, c’est Jean-François Debat, le président du groupe PS au Conseil régional, qui a dénoncé "une énième provocation de Laurent Wauquiez", rapporte encore Le Point. Et le patron des socialistes de l’assemblée régionale de poursuivre, moquant l’argument "santonniers" du président de la région :

"

Cette crèche n'a rien à faire là, il n'y a aucune tradition qui justifie sa présence ici, on n'est pas à Nyons, mais à Lyon. Si Laurent Wauquiez veut valoriser les santonniers, il n'a qu'à faire une exposition de santons, mais pas une crèche.

"

Selon l’hebdomadaire, les groupes d’opposition "étudient l’opportunité d’engager un recours devant le juge administratif pour faire démonter la crèche".

En région PACA, c’est le groupe FN dirigé par Marion Maréchal-Le Pen qui a déposé une motion pour faire installer une crèche dans l’enceinte du conseil régional. "Alors que le Conseil d'Etat, le 9 novembre 2016, a justifié l'installation des crèches de Noël si elles représentaient un intérêt culturel, en plus du symbole cultuel, Christian Estrosi n'a pas jugé bon d'en dresser une", a ainsi écrit la députée FN dans un communiqué, relaye France 3 Côte d’Azur.

Sauf qu’il y a déjà une crèche dans les locaux de la région, installée à l’étage occupé par son président Christian Estrosi, précise son entourage. "La liberté la plus totale est laissée aux agents, sur l'ensemble des sites, d'installer une crèche là où ils le souhaitent. Une liberté que je m'applique d'ailleurs à moi-même puisque, n'en déplaise à Mme Le Pen, il y a une crèche et un sapin dans les locaux de la région. Comment le saurait-elle puisqu'elle est si rarement présente ?" a ironisé l’ancien maire de Nice dans un communiqué de réponse à l’élue frontiste.

Le 9 novembre, le Conseil d’Etat, saisi sur la question des crèches en mairie, les avait autorisés dans les bâtiments publics, mais sous réserve de conditions strictes.

A LIRE AUSSI SUR LE LAB :

> Noël approche, revoici l'intox du FN sur l'interdiction des crèches par François Baroin 

A LIRE AUSSI SUR EUROPE1.FR :

> Pas-de-Calais : Hénin-Beaumont (FN) condamnée pour une crèche de Noël en mairie 

Du rab sur le Lab

PlusPlus