Noël approche, revoici l'intox du FN sur l'interdiction des crèches par François Baroin

Publié à 12h55, le 02 novembre 2016 , Modifié à 13h11, le 02 novembre 2016

Noël approche, revoici l'intox du FN sur l'interdiction des crèches par François Baroin
Marine Le Pen et Florian Philippot © KENZO TRIBOUILLARD / AFP

Noël approche. Comment ça, il est encore trop tôt pour parler cadeaux ? Si vous êtes de cet avis, c'est que vous n'êtes pas au Front national. Car du côté de l'extrême droite, on pense déjà à fêter la naissance du petit Jésus. Un détail ne trompe pas : la grosse intox du parti de Marine Le Pen sur les crèches de Noël revient avec force en ce début de mois novembre et cela est forcément le signe que les fêtes arrivent.

Voici donc Florian Philippot. Le numéro 2 du FN était ce mercredi 2 novembre l'invité de LCP. Après avoir minimisé les accusations portées par l'Union européenne contre Marine Le Pen en parlant du… départ de José Manuel Barroso à Goldman Sachs, l'élu frontiste a attaqué Nicolas Sarkozy. Car si Noël approche, la présidentielle aussi. Pour cogner l'ancien Président, aujourd'hui candidat à la primaire de la droite, Florian Philippot a ciblé François Baroin :

 

"

Monsieur Sarkozy a encore précisé ce matin qu'il prendrait comme Premier ministre François Baroin [voir ici]. François Baroin, c'est l'homme qui a applaudi Anne Hidalgo quand elle a annoncé l'ouverture du premier centre de migrants à Paris. Il y a eu François Baroin pour l'applaudir. François Baroin, c'est celui qui dirige l'Association des maires de France et qui explique qu'il faut l'interdiction des crèches dans les communes. Et donc Sarkozy nous explique que ce sera son Premier ministre. C'est du Bayrou, c'est la même chose. On n'est pas dans des débats de fond. On est dans des postures marketing, des postures électoralistes.

"

Florian Philippot dit vrai lorsqu'il affirme que François Baroin a soutenu Anne Hidalgo lors de l'annonce d'un centre de migrants à Paris. Il a également raison quand il dénonce des "postures marketing" car l'intox répétée concernant l'interdiction des crèches dans les communes par François Baroin s'apparente bien à ce genre de dispositions.

Car la réalité est un tout petit peu plus compliquée que telle que présentée par le vice-président frontiste. De fait, En réalité, l'Association des maires de France, que François Baroin préside, a établi en novembre 2015 un guide destiné aux mairies et intitulé Laïcité. Le vade-mecum de l’AMF.

Ce guide ne prône pas l'interdiction des crèches de Noël en mairie mais émet un avis, que les maires sont libres de suivre ou non. Comme le soulignait déjà Libération fin novembre 2015, l'AMF évoquait l'insécurité juridique liée à l'installation de crèches dans les établissements publics puisque deux jugements sur le sujet, rendus respectivement les 8 et 13 octobre 2015, se contredisaient. L'un soulignait le caractère religieux de la crèche de Noël, l'autre non.

Face à cette contradiction, l'AMF expliquait dans son vade-mecum :

"

La présence de crèches de Noël dans l’enceinte des mairies n’est pas, du point de vue de l’AMF, compatible avec la laïcité. Elle relève toutefois que la jurisprudence administrative est, encore à ce jour, discordante sur ce sujet.

 

"

L'Association déconseillait mais n'interdisait pas. L'AMF expliquait surtout que c'est au législateur de se prononcer sur le sujet une bonne fois pour toutes.  Un détail qui avait pour le coup échappé à l'époque au FN et que, visiblement, le parti d'extrême droite a encore manqué.

Notons en outre que l'AMF n'a pas le pouvoir d'interdire ou non les crèches de Noël dans les mairies.

Comme l'an dernier, donc, le FN, cette fois par la voix de Florian Philippot, ressort cette intox. Une manière de cibler François Baroin pour mieux attaquer un adversaire politique. En 2015, c'était Xavier Bertrand qui était visé. Soutenu par François Baroin, l'élu LR était alors candidat aux régionales face à Marine Le Pen dans ce qui s'appelait encore la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie. L'attaque était fausse en 2015. Elle l'est toujours en 2016. 

Du rab sur le Lab

PlusPlus