Législatives : une députée EELV accuse Jean-Christophe Cambadélis d’envoyer les écolos "à la casse" pour "avantager" Emmanuel Macron

Publié à 07h40, le 17 avril 2017 , Modifié à 17h22, le 17 avril 2017

Législatives : une députée EELV accuse Jean-Christophe Cambadélis d’envoyer les écolos "à la casse" pour "avantager" Emmanuel Macron
La députée EELV Danielle Auroi remontée contre Jean-Christophe Cambadélis. © AFP
Image Sébastien Tronche


A six jours du premier tour de l’élection présidentielle, le PS est tiraillé. Le parti soutient son candidat Benoît Hamon du bout des lèvres – quand certains ne l’ont pas déjà lâché pour Emmanuel Macron – tout en ménageant En Marche ! en vue des élections législatives. Une stratégie qui irrite les écolos, qui ont signé un accord électoral avec les socialistes en échange du retrait de Yannick Jadot en faveur de Benoît Hamon et envoyés au charbon dans les circonscriptions tenues par des cadres du mouvement d’Emmanuel Macron.

Un double-jeu de la part de Jean-Christophe Cambadélis que dénonce ce lundi 17 avril Danielle Auroi. Dans les colonnes du Parisien, la députée EELV peste contre cette tactique de la rue de Solférino et son Premier secrétaire :

C’était couru d’avance. Cambadélis envoie les partenaires à la casse pour avantager Macron.

Et d’ajouter :

On comprend pourquoi le PS n’a pas condamné ceux qui ont rejoint En Marche !

Car s’il a dénoncé les ralliements à Emmanuel Macron, comme ceux notamment de François de Rugy et Manuel Valls, Jean-Christophe Cambadélis, qui aura un candidat estampillé En Marche face à lui en juin, n’est pas allé au bout de la démarche en excluant du PS ceux qui ont soutenu l’ancien ministre de l’Economie. Des sanctions a minima et parfois surtout pour la galerie. 

Et comme le PS a placé les écolos face à des élus socialistes pro-Macron, Jean-Christophe Cambadélis a aussi accordé aux autres alliés du PS, UDE et PRG, des circonscriptions occupées par la garde rapprochées d’Emmanuel Macron, comme le souligne Le Parisien.



Ou comment ménager l’avenir tout en prenant le risque d’insulter le présent et les alliés actuels du candidat issu de la primaire de la Belle Alliance Populaire.

Jean-Christophe Cambadélis a réagi ce lundi en début d'après-midi. "L'accord PS/EELV présenté au BN (Bureau national) du PS est celui accepté par Yannick Jadot, Cécile Duflot, l'équipe de Benoît Hamon et le PS. Arrêtons l'intox!" a tweeté le Premier secrétaire du PS.





#

Du rab sur le Lab

PlusPlus